vendredi 17 février 2017

Nos vêtements "tachés de sang" comme dans le roman de Jack London, le Talon de Fer


Manifestation (2013) d'ouvrières du textile au Bangladesh.
Elles réclamaient un salaire minimum de 74€/mois
Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 17/02/2017











C'est la dernière semaine de soldes. Des femmes se ruent dans les magasins de vêtements pour y faire des affaires, un tee shirt à 5€, un jean à 20 € ... Un groupe de copines dans un café jouxtant un centre commercial commentent leurs emplettes.... "t'as vu cette jupe 10 € seulement, bon c'est vrai que je ne mets jamais de jupe mais pour le prix", dit l'une.... L'autre "ah moi, si tu savais le nombre de fringues que j'ai dans mon armoire et que je ne mets jamais".

C'est bien ça le problème,
en moyenne chaque foyer français possèdent l'équivalent 114€ de
vêtements non portés (source : le Parisien).... La publicité, la norme sociale, la volonté de "plaire" dans une société où le paraître compte plus que tout pousse une frange importante de la population française à acheter des vêtements sans en avoir réellement besoin....

Peu de Français se posent réellement la question de qui a fabriqué leurs vêtements et dans quelles conditions ?
Ni bien sur de la pollution gigantesque qu'à engendré la production de leurs habits. Rien que pour un tee shirt en coton c'est 1300 litres d'eau gaspillé, 7 mégajoules d’énergie et 600 grammes de CO2 !

"La production d'un T-shirt en coton nécessite l'utilisation de 1300 litres d'eau au total, ce qui consomme 7 megajoules  d'energie et émet environ 600 grammes de C02.  Autant d'impact qui peuvent être évités en utilisant des textiles ou vêtements de seconde main." (planetoscope)
 Utiliser 1300 litres d'eau pour un tee shirt qui n'est porté que de temps en temps parce que la mode passe, les gouts aussi et qu'on en a 20 autres dans l'armoire... tandis que 768 millions de personnes (soit 11% de la population mondiale)  n'ont même pas accès à l'eau potable, c'est de la folie !

Peu de Français savent que derrière leur tee shirt, leur jean ou leur robe,  il y a un travail harassant  de femmes qui travaillent 12 heures par jour pour à peine 100 euros par mois (un peu plus pour la Chine qui, suite, aux multiples mouvements sociaux a augmenté le salaire minimum et contrôlé davantage les employeurs).
Ces ouvrières de l'industrie textile qui travaillent pour les grandes marques européennes, ZARA, H&M; Mango ... sont comme Jackson, ce travailleur d'une filature états-uniennes du début du XX°siècle, sous la menace d'un accident  sous la menace de la maladie et même sous la menace de tomber enceinte comme les usines d' H&M au Cambodge qui refusent les femmes enceintes...
Le personnage de Jackson dans le Talon de Fer écrit par Jack London a perdu son bras à cause d'une machine de son usine de filature. Son accident de travail lui a fait perdre le peu qu'il possédait  .... et en plus de la tragédie les institutions bourgeoises (justice, média) se sont acharnés contre lui pour protéger les intérêts des actionnaires.

NOS VÊTEMENTS SONT COMME LA ROBE D'AVIS
DANS LE TALON DE FER "TACHÉS DE SANG" 


Avis, la narratrice est d'origine bourgeoise. Elle est naïve sur sa classe sociale avant de découvrir en enquêtant sur l'accident de Jackson et avec l'aide du révolutionnaire Ernest, la réalité morbide du capitalisme.

Ernest bouscule les idées préconçues d'Avis concernant sa responsabilité en tant que qu'actionnaire des filatures et acheteuse de vêtements luxueux.

Extrait du Talon de Fer de Jack London :

"Ernest se mit à rire. Son rire était brutal, et je me sentis poussée à prendre la défense de l’évêque.
Souvenez-vous, lui dis-je, que vous ne voyez qu’une face de la médaille. Bien que vous ne
nous fassiez crédit d’aucune bonté, il y a beaucoup de bon chez nous. L’évêque Morehouse a raison. Les maux de l’industrie, si terribles qu’ils soient, sont dus à l’ignorance. Les 60 divisions sociales sont trop accentuées.
L’Indien sauvage est moins cruel et moins implacable que la classe capitaliste, répondit-il, et en ce moment je fus tenté de le prendre en grippe.
Vous ne nous connaissez pas. Nous ne sommes ni cruels ni implacables.
Prouvez-le, lança-t-il d’un ton de défi.
Comment puis-je vous le prouver, à vous ? Je commençais à être en colère. Il secoua la tête.
Je ne vous demande pas de me le prouver à moi ; je vous demande de vous le prouver à vous- même.
Je sais à quoi m’en tenir.
Vous ne savez rien du tout, répondit-il brutalement.
Allons, allons, mes enfants ! dit père d’un ton conciliant.
Je m’en moque, commençai-je avec indignation. Mais Ernest m’interrompit.
Je crois que vous avez de l’argent placé dans les filatures de la Sierra, ou que votre père en a,61
ce qui revient au même.
Qu’est-ce que ceci a de commun avec la question qui nous occupe ? m’écriai-je.
Peu de chose, énonça-t-il lentement, sauf que la robe que vous portez est tachée de sang. Vos aliments ont le goût du sang. Des poutres du toit qui vous abrite dégoutte du sang de jeunes enfants et d’hommes valides. Je n’ai qu’à fermer les yeux pour l’entendre couler goutte à goutte autour de moi." p 62

Avis finira, après avoir enquêté sur Jackson, par prendre conscience de cette chaîne de responsabilité à laquelle elle appartient.

Elle dit :

"Alors je me souvins du dernier dividende touché par père, qui avait servi à payer une jolie robe pour moi et des livres pour lui. Je me rappelai l’accusation d’Ernest disant que ma jupe était tachée de sang, et je sentis ma chair frissonner sous mes vêtements."
p 80
POUR LIRE LE LIVRE INTÉGRALEMENT IL EST GRATUITEMENT EN LIGNE

LE TALON DE FER DE JACK LONDON


 Le capitalisme ne s'est pas stoppé. Il s'est aggravé. Les "Jackson" ne sont plus dans les usines américaines et européennes, ils sont en Chine, en Inde, au Sri Lanka, au Cambodge, au Bangladesh.
Ce sont majoritairement des femmes, elles ont entre 18 et 35 ans pour la plupart et elles s'appellent Hong Chanthan, Ai ou Bao. Ces femmes n'ont pas les moyens d'acheter les habits qu'elles fabriquent tous les jours. Elles les produisent c'est tout. Ils sont ensuite transportés en Europe, aux USA là où les gens peuvent acheter, acheter, acheter sans jamais se soucier de ces travailleuses du textile....


CONDITIONS DE TRAVAIL ET SALAIRES D'ESCLAVES POUR LES OUVRIÈRES DES GRANDES MARQUES DE TEXTILE EUROPÉENNES

Nous avons tous été choqué par l'effondrement du Rana Plaza, usine de textile qui produisait les
Ces manifestants au Bangladesh réclament justice pour les
victimes du Rana Plaza l'usine qui s'est effondré et a fait 1138 morts.
vêtements que nous portons. L'accident avait fait 1138 morts et des milliers de blessés.
Les bâtiments dans lesquels travaillent ces ouvrières sont souvent vétustes et les accidents ne sont pas rares (même si le rapport de force a changé suite à la médiatisation de ce drame et donc de grosses améliorations ont eu lieu (voir l'article de libération qui fait le bilan des améliorations au Bangladesh après le drame médiatisé)).

32€ par mois: 230 morts au Bangladesh, 230 morts du capitalisme pour des salaires de misère

 Outre les bâtiments non conformes aux normes, il y a les conditions de travail tellement difficile qu'il est impossible de rester en bonne santé en travaillant dans les usines de textiles.Ces femmes travaillent 12 heures par jour, 6 jours sur 7 à une cadence infernale. Le documentaire de Marie Maurice "Le monde selon H&M" montre que l'entreprise suédoise fait travailler ses employés  80 heures par semaine.


Hong Chantan, 35 ans, ouvrière au Cambodge pour des grandes marques occidentales témoigne :

Hong Chantan ouvrière
du textile témoigne
(source Libération)
«Je m’appelle Hong Chantan. J’ai 35 ans. Je travaille dans différentes usines de textile au Cambodge depuis l’âge de 20 ans. Je viens d’un village à 195 kilomètres de Phnom Penh, d’une famille de paysans, huit enfants. On a cultivé du riz jusqu’à la mort de mon père. Il a fallu trouver une solution, un travail. Je n’avais pas d’autres possibilités que de partir rejoindre une de ces sweatshops. Je suis restée deux mois dans une première usine, trois mois dans la deuxième, six ans dans la troisième, et j’ai bossé dans la dernière pendant sept ans, avant qu’elle ne brûle… J’ai commencé au début en étant payée 30 dollars par mois [environ 23 euros, ndlr] en moyenne. On peut être salariée mensuellement ou payée à la pièce. Dans le premier cas, vous avez un patron sur le dos en permanence, qui vous intimide, vous menace, vous demande d’aller plus vite, vous interdit de vous lever ou de parler avec d’autres ouvrières. Dans le second cas, vous êtes votre propre patron, vous vous mettez en permanence la pression pour produire plus vite dans des conditions épouvantables.
«Sur votre contrat, il est écrit que l’on doit travailler huit heures par jour, quarante-huit heures par semaine, selon les standards de l’Organisation internationale du travail. Mais aucun travailleur ou travailleuse de sweatshop ne fait cela ! Notre quotidien, c’est plutôt douze heures par jour, six jours voire six jours et demi sur sept, même les jours fériés. Et bien évidemment, sans aucun congé payé. Je n’ai pas de vie, pas de mari. J’habite dans un petit studio de 12 mètres carrés à vingt minutes à pied de l’usine avec toute ma famille qui m’a rejointe. On le loue 50 dollars par mois. Cinq de mes sœurs se tuent aussi à la tâche à l’usine. Je me lève tous les jours à 5 heures pour me préparer à manger. Je finis à 20 heures, je passe au marché, on mange et on se couche à 22 heures, terrassées par la fatigue.» (Libération)
Une ouvrière de la marque ZARA raconte les insultes des chefs, l'absence de sécurité et les risques pour leur santé au quotidien.

«Je couds depuis 2007 des pantalons dans l’usine Chang Sheng, qui produit pour le groupe Inditex (Zara)
Ouvrières du textile pendant une pause (source Libération)
dans une usine. Il n’y a aucune sécurité, aucune hygiène, on est comme des poulets élevés en batterie. Quand on veut aller aux toilettes, on est mal vu. Les contremaîtres, tous chinois, nous insultent, ils nous disent : "On vous paie pas pour aller pisser." On ne peut s’absenter plus de cinq minutes. On n’a pas le droit de parler. Au bout de trois fois, on nous suspend pour une journée de travail. Ils nous traitent d’incultes, de paysannes, d’ignorantes. Ils nous disent que si on n’est pas content(e)s, d’autres attendent à la porte pour être embauché(e)s. Le confinement est total. Les fenêtres sont voilées pour éviter qu’on nous voie ou qu’on fasse passer de la marchandise. On se touche quasiment entre nous. Impossible de circuler : les allées sont bourrées d’habits cousus ou à faire. La chaleur est accablante, la ventilation défaillante. L’odeur d’égouts, de toilettes, reflue en permanence. La cadence est infernale. Et, pour ceux qui travaillent notamment sur les jeans, les solvants, les pesticides et autres produits chimiques provoquent des malaises, des maladies. En 2011, plus de 2 400 ouvrier(e)s se sont évanoui(e)s d’épuisement au Cambodge.» Libération
 H&M installe maintenant des usines en Ethiopie où la main d’œuvre est encore moins chère qu'en Asie.
Les ouvrières éthiopiennes sont payés 36 et 50 €/mois nous informe Marie Maurice.

Quand les ouvriers d'un pays se défendent, s'organisent et réussissent à forcer les patrons à augmenter leur salaire, les multinationales s'installent ailleurs.
C'est comme ça qu' H&M s'est installé en Afrique. Le continent eldorado pour les entrepreneurs et enfer pour ses habitants. Henri Verneuil résume dans son film "1000 milliards de dollars" le fonctionnement des multinationales.
 Patrick Dewaere qui joue un journaliste d'investigation proclame :


""Ce soir je suis un rescapé de la plus impitoyable des guerres, la guerre économique où les généraux sont en costumes rayées de bonnes coupes et leur arme un attaché case de bon goût. Derrière 3 initiales discrètes une lettre un point une lettre un point se cache la plus gigantesque machine à broyer les frontières, les États, les intérêts collectifs dont le seul but de produire plus, créer sans cesse des marchés et vendre. Je me suis cogné la tête contre ce défi lancé au monde. Si le dynamisme et mondialisation des affaires est dans la nature des choses, il est difficilement supportable qu'il s'exerce au profit de 30 firmes dans le monde. C'est aux États et à leurs gouvernements qu'il appartient de les contrôler les prévoir les définir et les dominer. Devant l'absence de cette politique ou le manque de volonté ces empires économiques nous regardent dans la légalité et du haut de leur gigantisme, ils nous regardent avec nos petits drapeaux, nos frontières, nos grosses bombes, nos patriotismes, nos idéologies, nos querelles et nos folklores tandis qu'apparaît en bas de leur bilan annuel 1000 milliards de dollars."




PATHOLOGIE CONSUMÉRISTE : LES FRANÇAIS ACHÈTENT DES QUANTITÉS ÉNORMES DE VÊTEMENTS QU'ILS NE PORTENT JAMAIS


La pathologie consumériste, "c'est la croyance imbécile en un droit (acquis ou construit) à s’accaparer une plus grosse part de la productivité historique, une plus grosse part de la production mondiale disponible".

Lire : Pathologie consumériste, principale folie.


Nous vivons tous sur la même planète et nous avons l'obligation de restreindre notre consommation afin que chaque Terrien puisse vivre dignement.
On ne comprendrait pas que, dans une fusée spatiale, un astronaute s'accapare plus de place et consomme la part de nourriture de ses camarades.
Notre planète Terre est l'équivalent d'une grande fusée spatiale et nous vivons tous dedans. Il n'est absolument pas normal que certains s'accaparent la part des autres. Et qu'en plus, ils empêchent les autres de respirer dans un air pur à cause des déchets qu'ils ont engendrés en piquant ce qui aurait dû revenir aux autres. Notre monde dirigeait par des capitalistes fonctionne de manière illogique et va à sa perte.

Les inégalités entre les Terriens sont énormes.

"

20% du monde profite de la quasi totalité des richesses disponibles. Si vous faites partie de la classe moyenne occidentale, vous êtes probablement dans cette catégorie des 20%. Ce qui signifie que les 80% de la population, soit la majorité, doit aujourd’hui vivre sur les restes d’autres restes…" (Mr Mondialisation)

En moyenne les français achètent pour 63 € par mois de vêtements. C'est l'équivalent de ce que gagne en 1 mois une grande partie des ouvrières asiatiques, et c'est plus que le revenu mensuel des ouvrières éthiopiennes de H&M, pour fabriquer les vêtements des occidentaux.

"En moyenne, les Françaises dépensent 63€ par mois en articles de mode, un budget moyen qui grimpe à 72€ chez les 15-24 ans et les 35-44 ans. Mais elles sont, au total, 20% à admettre "faire des folies", c'est-à-dire dépenser plus que prévu, au moins une fois par mois ! " IsaConso

Et 60 % des vêtements achetés ne sont même pas portés par leurs acquéreurs.

"on estime que chaque logement renferme l’équivalent de 114 euros de vêtements qui ne sont jamais portés. Ce que confirme un autre chiffre avancé par le site spécialisé Planetoscope : 60% des Français ont des vêtements qu’ils ne portent jamais." Europe 1

Alors pourquoi les avoir achetés ?
Pour se sentir exister, pour combler un vide intérieur, pour plaire (car c'est d'abord par le déguisement social que l'on cherche à plaire aux autres)...

Pendant que l'on achète, on fait trimer les pauvres femmes... et on détruit la Terre.


EN ACHETANT DES VÊTEMENTS INUTILES ON POLLUE ET ON PARTICIPE A LA DESTRUCTION DE LA TERRE

748 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable dans le monde (source Le Monde)

La situation est actuellement inquiétante et elle risque d'être dramatique si ceux qui ont les moyens continuent de gaspiller l'eau.

"
Y aura-t-il demain assez d’eau pour tous sur notre planète ? Théoriquement oui, mais il est urgent de changer « radicalement » la façon de l’utiliser et de la partager, prévient l’Organisation des Nations unies (ONU) dans son rapport annuel 2015 sur l’or bleu, qu’elle a rendu public vendredi 20 mars, à l’avant-veille de la journée mondiale de l’eau. Sinon, au rythme actuel, « le monde devra faire face à un déficit hydrique global de 40 % » dès 2030, écrivent les experts du Programme mondial des Nations unies pour l’évaluation des ressources en eau. Le Monde


Un tee shirt en coton, c'est 1300 litres d'eau. La culture du coton demande une quantité astronomique d'eau.


"Par ailleurs, ce végétal est l’une des plantes les plus assoiffées du monde industriel, exigeant 6 fois plus d’eau que la laitue et 60% de plus que le blé. Et pourtant, les gouvernements subventionnent la culture de coton jusque dans le désert de l’Arizona… Ainsi, les grandes pénuries d’eau que subissent certaines régions du monde peuvent être liées à la surproduction de vêtements. " (Mr Mondialisation)


En plus, les pesticides et insecticides sont utilisés à foison pour cultiver le coton !

Le coton. C’est le composant le plus couramment utilisé dans le monde. On le retrouve dans près de 40% de nos vêtements. Bien qu’il ne représente que 2,4% de toutes les terres cultivées, il utilise à lui seul 12% de tous les pesticides et 25% des insecticides fabriqués dans le monde (Danish Fashion Institute).(Mr Mondialisation) 
Tout cela détruit l'écosystème.

Mais on continue de privilégier cette matière première pour la fabrication des vêtements.


Il faut ajouter aux matières premières très polluantes, les transports utilisés pour la fabrication des habits. La recherche du meilleur coût  amène les multinationales a faire faire de longs voyages aux  matières premières puis les produits finis ce qui induit comme on le sait un dégagement important de CO2 dans l'atmosphère.

Alors que la plupart des humains ont quelques vêtements tout usés, en occident on consomme des habits comme des petits pains. Une femme achète 30 kg de textile par an !

"
Un chiffre permet de prendre la mesure du problème : une femme achète en moyenne 30 kg de textile par an, d’après le documentaire Vêtements, n’en jetez plus ! Vous trouvez que cela fait beaucoup ? C’est pourtant dans la moyenne des pays européens les plus riches, à l'image du Royaume-Uni, où chaque personne achète en moyenne 20 kilos de vêtements par an, tous sexes confondus." Europe 1

CONCLUSION

Comme le montrait très bien Jack London dans le Talon de fer à travers le dialogue entre Ernest et Avis sur "sa robe taché de sang", c'est toute une chaîne de responsabilité qui amène ces milliers de femmes à travailler dans des conditions épouvantables pour un salaire de misère. Et cette chaîne va du simple consommateur au grand capitaliste.
S'ajoute à cela, la destruction de la planète dont London ne parlait pas dans son livre écrit il y a 1 siècle... Mais qui aujourd'hui prend une autre dimension.... Car nous avons les preuves que les capitalistes ont détruit la Terre. Lire : Les capitalistes sont des criminels écologiques. Ils ont détruit l'humanité.
Acheter plus de vêtements que nécessaire détruit la Terre et maintient le système d'exploitation et de spoliation des terriens.

LIRE AUSSI :

2 ans après l'effondrement du Rana Plaza : "menaces, intimidation, licenciement, agression physique" exercés sur les employés qui veulent créer un syndicat


32€ par mois: 230 morts au Bangladesh, 230 morts du capitalisme pour des salaires de misère

 









mercredi 8 février 2017

Pour chaque SDF dehors, combien de logements vides ? Un scandale d'Etat

Christian et Michel SDF à Paris
(Photo de Libération)
Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 08/02/2017


En seulement quelques kilomètres dans presque toutes les villes de France nous voyons sur le chemin des personnes qui vivent dehors et qui n'ont pas d'abris et puis .... des logements avec des volets fermés à toutes les heures, des logements inoccupés...
Le Havre ne fait pas exception à la règle, sur le trajet le plus fréquenté du tramway qui va de la plage à la Gare, on voit des SDFs, surtout du côté de la Gare et .... très en vue .... un immeuble vide qui appartenait à l'UCJG une association qui proposait des studios à des jeunes précaires il y a encore 4 mois.
Sur la devanture de l'immeuble, en gros, est inscrit  "13 salariés au chômage".
Il y a quelques mois, avant la fermeture définitive, toutes les semaines étaient inscrits le nombre de jeunes n'ayant pas encore trouvé de solutions de relogements".
En quelques kilomètres, on a un résumé de la folie capitaliste. Des personnes qui dorment dehors alors que juste à côté d'eux des logements sont vides.... Le plus marrant ou le plus triste c'est que cet immeuble sans occupant est situé juste à côté du Palais de Justice.
Des logements conçus pour des jeunes précaires fermés pour faire plaisir à quelques promoteurs immobiliers qui ont vu dans cet immeuble situé en plein centre ville la poule aux œufs d'or ...

143000 PERSONNES SANS TOIT EN 2017 EN FRANCE


En France, les SDF intéressent tellement peu les autorités que l'on a de vieux chiffres, vieux de 5ans, 2012.
Même le 22 ° rapport de la Fondation Abbé Pierre de 2017 s'appuie sur des chiffres enregistrés en 2012 !
Donc en 2012, il y avait 143000 personnes qui dormaient dehors et 896000 qui n'avaient pas leur
propre logement.


"Parmi les 896 000 personnes privées de logement personnel, l’enquête Sans-domicile de l’Insee 2012 compte 143 000 personnes sans domicile" 22° rapport 2017 de la Fondation Abbé Pierre sur le mal logement

Ils doivent être certainement beaucoup plus nombreux en 2017 !




LES EXPULSIONS DE LOCATAIRES ONT AUGMENTE SOUS HOLLANDE



On a un chiffre plus récent qui nous permet de savoir que le nombre de SDF a certainement grandi
depuis 2012 (dernier recensement) c'est le nombre d'expulsions locatives et il a littéralement explosé. La Fondation Abbé Pierre nous annonce qu'en 2015 en 1 an le nombre d'expulsion a augmenté de 24 % !"
En 2015, le nombre d’expulsions effectives, avec le concours de la force publique, a fait un bond spectaculaire de 24 % en un an, pour atteindre 14 363 (contre 11 604 en 2014) ! Une hausse et un niveau inédits, alors que ces chiffres étaient relativement stables depuis dix ans (voir données complètes en annexe)." Fondation Abbé Pierre
On voit sur ce graphique l'augmentation des expulsions ces dernières années

Le Canard Enchaîné d'aujourd'hui titre "Bilan logement de Hollande : pas grand-chose à louer". En effet, l'état des lieux n'est pas glorieux. Le canard reprend les chiffres de la Fondation Abbé Pierre concernant le mal logement et met en avant la situation catastrophe dans laquelle se trouve la France concernant le logement en 2017.

"En quittant le pouvoir, Hollande va laisser plus de 4 millions de Français mal logés, 3,5 millions n'arrivant pas à se chauffer correctement et près de 3 millions vivant dans des conditions de logement très difficiles (taudis ou surpeuplement)." (Canard Enchaîné)



CE QU'ENTENDENT LES SDF TOUS LES JOURS :

"IL N Y A PAS DE PLACE POUR VOUS"

"JE VOUDRAIS BIEN T'AIDER A TROUVER UN HÉBERGEMENT CHRISTIAN LE PROBLÈME C'EST QU IL N Y EN A PAS"


En plus du stress de vivre dehors tout le temps sans pouvoir s'abriter des intempéries, il faut en plus supporter le stress d'appeler pendant des heures le 115 pour s'entendre dire "il n'y a plus de place".

"De même 355 000 demandes d’hébergement pour SDF ont été formulées durant l’hiver 2013-2014 selon le baromètre du 115, mais seulement 140 000 places ont été attribuées. Et les familles sans domicile, en priorité hébergées à l’hôtel, notamment en Ile-de-France, se retrouvent aussi à la rue, car le dispositif, qui coûte très cher, arrive à saturation." La Voix du Nord
"Notre État barbare laisse délibérément mourir des gens dans la rue.

Les places d'hébergement sont largement insuffisantes.

"La grande majorité des SDF téléphonent chaque jour au 115 et on leur refuse un toit !!!! Même pour une nuit.... A Toulouse, par exemple, 95 % des SDF qui appellent le 115 pour être hébergé une nuit se voient répondre un refus !
"Actuellement, à Toulouse, 250 personnes sont à la rue sans solution chaque jour avec un taux de réponse négative de 95 % au 115. Dans ce département et malgré la crise, l’État a diminué les capacités d’accueil mobilisées cet hiver. Mais la situation est également critique dans d’autres territoires selon la fédération. A Lille, par exemple, plus de 500 personnes restent sans solution malgré leur demande au 115. Mais aussi à Lyon, où 170 personnes en moyenne n’obtiennent pas de solution d’hébergement et enfin à Bordeaux qui enregistre que 100 personnes sont sans solution, soit 62 % de refus chaque jour au 115. La région parisienne n'est  pas en reste, le Val-d’Oise, compte plus de 200 personnes sans solution. Cette situation dramatique touche également des territoires moins urbains, jusque-là moins tendus comme l’Oise, la Charente ou encore la Saône-et-Loire." (Le Parisien 5 décembre 2014)" (15 enfants-SDF sont morts en 2013. 31000 enfants dorment dehors en France dans l'indifférence générale.)"



Le comble du comble c'est que cet État inhumain ment en plus à la population et aux SDFs en leur faisant croire qu'il n'y a pas de logement. Christian twittos SDF raconte son quotidien et voilà ce que lui a dit son assistante sociale il y a 6 jours :

... ALORS QU'IL Y A 2,9 MILLIONS DE LOGEMENTS VIDES


2,9 millions de logements vide. Cela fait 20,27 logements vides pour 1 SDF. Et l'Etat ose nous faire croire qu'il n'y a pas de logements pour les SDF !

"Selon des chiffres de l’Insee, 2,9 millions de logements étaient vacants en 2015 contre 2 millions en 2005, soit une hausse de 45 % en dix ans. « 2,9 millions de logements, cela représente l’équivalent de 10 % des résidences principales, 40 % du parc locatif privé et 55 % du parc HLM », calcule le DAL." L'Humanité

Avec tous ces logements vides on pourrait loger les mal logés et tous les SDF !

"4 millions souffrent de mal logement ou d'absence de logement personnel. Outre ces situations les plus graves, 12,1 millions de personnes sont touchés à des degrés divers par la crise du logement." Fondation Abbé Pierre

70 LOGEMENTS POUR JEUNES A PETITS LOYERS VIDES

L'UCJG A DÛ  FERMER SA STRUCTURE

RÉSULTAT : DES JEUNES SANS LOGEMENT ET 13 SALARIES AU CHÔMAGE


Sur les fenêtres sont inscrits "Merci à CLHAJ et à Sodineuf, seuls
partenaires à nous aider pour reloger  les jeunes de l'UCJG"
et sur l'autre fenêtre "13 salariés au chômage"
Photo prise le 7 février 2017


70 logements pouvant accueillir 74 personnes dans de bonnes conditions en pleins centre ville sont actuellement vides... En attendant qu'un riche promoteur immobilier les rachète pour les transformer en logements chers pour un public qui a les moyens...

C'est une décision débile d'un Tribunal irresponsable, un tribunal qui prononce des expulsions de logements en même temps que la fermeture de foyers de jeunes travailleurs !

"
Le dernier foyer de l’UCJG (Union chrétienne des jeunes gens) encore implanté au Havre va définitivement fermer ses portes à la fin du mois. Le tribunal de grande instance du Havre a prononcé la liquidation judiciaire de cette association loi 1901 de droit privé le 23 septembre dernier, après une période d’observation de six mois.En plein centre-ville, les locaux du 153 boulevard de Strasbourg proposaient 70 logements pour 74 places" Paris Normandie
Propriétaire du bâtiment, l’UCJG comptait sur la période d’observation pour céder ses murs à des investisseurs en mesure de financer les travaux de réhabilitation rendus obligatoires compte tenu de l’état de l’immeuble.

« Nous n’avions pas la capacité financière pour réaliser ces travaux. En nous adossant à des investisseurs, nous pouvions espérer continuer notre activité en devenant locataires des locaux. La période d’observation a également été mise à profit pour consulter les partenaires publics afin de trouver, en vain, des solutions pour pérenniser le site », confie encore le salarié." Paris Normandie

Voici le batiment de l'UCJG au Havre avec les volets des studios fermés.
Les appartements sont vides depuis le 31 octobre 2016


Garder des logements vides permet de faire augmenter artificiellement le prix de l'immobilier. L'Humanité explique en quoi le fait de laisser des logements vides est intéressant pour ceux qui se font de l'argent grâce à l'immobilier.

""Pour l’association, cette situation favorise « une pénurie artificielle de logements locatifs, laquelle alimente la bulle immobilière, la hausse des loyers et la crise du logement ». Or, le gouvernement a, sous certaines conditions, le pouvoir d’organiser la réquisition temporaire de ces habitations vacantes. Notamment, comme le stipule la loi, en faveur des « personnes dépourvues de logement ou logées dans des conditions manifestement insuffisantes et celles à l’encontre desquelles une décision judiciaire définitive a ordonné l’expulsion »." L'Humanité

En 3 ans c'est le 2° foyers de jeunes travailleurs qui ferment au Havre.

"Avec la fermeture du foyer du centre-ville, l’UCJG va totalement disparaître du Havre. Repris en 2002, le foyer du Mont-Joly avec ses 53 chambres a fermé ses portes le 30 juin 2014. « Le diocèse, propriétaire, a souhaité vendre les murs que nous n’étions pas en mesure d’acquérir », confie Nicolas Venault." Paris Normandie
Les jeunes sont les plus touchés par la précarité et ils sont de plus en plus nombreux à devenir SDF. Mais ça la municipalité du Havre s'en fiche..

Mais la folie et le degré d'inhumanité du maire Édouard Philippe ne s'arrête pas là. 432 logements qui ne présentent aucun problème de sécurité vont être détruits parce qu'ils "vieillissent mal".
Des appartements qu'on va détruire....Alors que des personnes n'en n'ont pas et dorment dehors dans la même ville....




Cette folie inhumaine s'arrêtera le jour où le peuple français décidera d'arrêter d'obéir au cirque électoral capitaliste et de se choisir de vrais représentants, de la base, des représentants SDF, des représentants ouvriers, des représentants chômeurs qui seraient des délégués révocables défendant les plus opprimés.




LIRE AUSSI :

Le quotidien d'une famille roumaine au Havre : vivre dans un appartement une semaine et dans la rue trois semaines

15 enfants-SDF sont morts en 2013. 31000 enfants dorment dehors en France dans l'indifférence générale.





"



lundi 6 février 2017

Courriel envoyé à la Cour de Cassation : Deni de justice concernant un jugement au Tribunal d'Instance du Havre

Par Julie Amadis
Le 06/02/2016
#IpEaVaEaFaF


Monsieur,
Je suis depuis 5 ans harcelée par la justice de mon pays à cause de mon militantisme politique en défense des Africains payés 50€/mois par Bolloré et des enfants tapés dans les écoles.
Tout débute en septembre 2012 par la condamnation au TGI d'Angoulème en atteinte à la vie privée pour un article dénonçant le coup d’État organisé en Côte d'Ivoire par la France. Je suis condamnée à 31000 euros alors que je n'ai pas écrit l'article. Les mensonges sont nombreux et multiformes dans ce jugement.
Je fais appel de la décision en Cour d'Appel de Bordeaux. L'avocate payée 2000 euros n'ira pas au procès et gardera le dossier !
La Cour d'appel va encore plus loin que le TGI d’Angoulême dans le mensonge puisqu'elle invente que j'aurai co-écrit l'article.
N'ayant pas les moyens de payer un avocat pour la Cour de Cassation à cause des saisis je demande l'aide juridictionnelle, elle est refusée !
Mais pas une ruse : le refus est verbal. Aucun courrier ne me fut adressé.
Un an plus tard, je suis nommée (délibérément par une administration et des syndicats en connaissance de cause) dans une école où un enseignant tape ses élèves depuis 20 ans avec la protection de toute la hiérarchie. Je subis un harcèlement moral du fait de mon combat contre les violences à enfants.
La Rectrice qui vole dans la caisse me fait sanctionner quand je lui demande assistance. Je suis suspendue sans motif puis exclue 2 ans avoir un faux en écritures publiques inventant que j'aurai distribué les tracts des parents d'élèves.
Le (faux) témoin est l'agresseur Léon Launay. Tenu en laisse par ceux qui le protègent depuis 20 ans/
Deux ans plus tard en juillet 2016 je suis révoquée pour "atteinte à la République Française".
Je suis donc sans travail et dans une situation précaire.
Mais le harcèlement continue quand même. Une société que je ne connais pas, avec laquelle je n'ai jamais conclu aucun contrat me réclame une somme de 1889,93 € sans aucune motivation ni aucun détail (date de la supposé créance, nature très vague...). J'ai donc fait opposition suite à cette injonction de payer.
J'ai aussi réclamé les documents censés prouver la preuve de ma dette. Je n'ai rien reçu du Tribunal d'Instance du Havre.
Je ne me rendrai donc pas à l'audience qui se déroule demain.
Veuillez recevoir mes salutations distinguées

Julie Amadis

samedi 4 février 2017

Pourquoi en France rien ou presque ne sort dans la presse sur la Françafrique ?

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 04/02/2017





Les Français ne savent quasiment rien des crimes en Afrique de ceux qu'ils ont élus .
Quand ils regardent le journal télévisé après leur journée de travail, on leur parle d'abord d'insécurité dans les banlieues, de santé, de bien être, de faits divers, puis des quelques événements politiques et sociaux marquant en France et ensuite il reste très peu de place pour ce qui se passe ailleurs dans le monde..... et plus de place du tout pour dénoncer les horreurs de la France en Afrique (son pré-carré colonialiste).

Ceux qui lisent peuvent compléter le rapide journal télévisé par la lecture d'articles dans la presse.
Sauf que, là encore, il n'y a quasi rien sur l'Afrique. Les quelques articles que l'on trouve sont quasiment toujours mensongers. Ils cherchent toujours à truquer la réalité pour faire passer la France comme pays sauveur de l'Afrique quand elle en est son bourreau.

Alors que les responsables français et leurs maîtres les plus gros patrons français sont responsables d'un génocide sanitaire de 100 millions d'enfants morts en 25 ans, les seuls Français qui s’intéressent à ce qui se passe dans le monde parlent de la Palestine sans même penser aux crimes de leur pays en Afrique.
Peut-on peut "excuser" ces Français... Les médias titrent régulièrement sur la politique criminelle d’Israël en Palestine sans jamais évoquer celle de la France en Afrique, qui fait beaucoup plus de morts sur un territoire beaucoup plus grand !

OMERTA OU MENSONGES SUR LA POLITIQUE
DE LA FRANCE EN AFRIQUE

OMERTA SUR LE CRIME SANITAIRE

Alors que nous pouvons lire et voir régulièrement des reportages sur la précarité des salariés français...
Alors que les enquêtes sur les conditions de travail des mingongs chinois sont relayés ....
L'omerta est de mise sur les salaires versés par les patrons français 20 fois inférieurs à ceux qu'ils seraient obligés de verser en France !

Fanny Pigeaud avait brisé l'omerta avec son article, Les Camerounais exploités des palmeraies de Bolloré en mars 2008.

 "

C'est un Germinal sous les tropiques qui se joue dans la palmeraie de Kienké, dans le sud-ouest du Cameroun. Dans cette plantation de palmiers à huile de 9 000 hectares de la Société camerounaise des palmeraies (Socapalm) - filiale d'un groupe belge, Socfinal, lui-même détenu à près de 40 % par le français Bolloré aux côtés de son traditionnel partenaire, la famille belge Fabri -, les ouvriers sont en colère. Depuis novembre, ils ont plusieurs fois fait grève contre leurs conditions de vie et de travail. En retour, la police a arrêté et détenu pendant quelques jours leur leader, Michael Agbor.
«Une journée ne suffit pas pour décrire nos souffrances», assure Albert, un ouvrier. Depuis plusieurs années, il vit en permanence dans la palmeraie. Six jours par semaine, il coupe de lourds régimes de noix de palme. Sans gants pour protéger ses mains : ses paumes ont pris la couleur orange des noix que Socapalm transforme en huile de cuisine. Chaque matin, il s'entasse avec ses collègues et le matériel de coupe dans les camions, des épaves, qui s'enfoncent dans la plantation pour charger les régimes. Le soir, il doit marcher, parfois sur une quinzaine de kilomètres, pour rentrer dans un des sept campements d'ouvriers installés au coeur de la plantation.
«Esclaves». Le tout pour pas grand-chose : il gagne 22 francs CFA pour un régime de 15 kg. En moyenne, il touche 35 000 francs CFA (environ 53 euros) par mois, ce qui ne lui permet pas de vivre décemment. Il a néanmoins plus de chance que ceux qui coupent les régimes de 10 kg pour 8 francs CFA. «Les retenues sur nos salaires sont courantes. Nous sommes souvent payés en retard voire pas du tout», précise-t-il. Albert n'est pas affilié à la sécurité sociale et n'a pas de couverture médicale. «Beaucoup voudraient partir mais ne le peuvent pas, parce qu'ils n'en ont pas les moyens et parce qu'ils attendent qu'on paie leurs arriérés de salaire», affirme-t-il. «Nous sommes les esclaves de la Socapalm», soupire un de ses collègues. Ce n'est cependant pas auprès de l'entreprise, qui contrôle 80 % du marché de l'huile de palme au Cameroun, qu'ils peuvent se plaindre : celle-ci ne les emploie pas directement, mais a passé des contrats de sous-traitance avec une soixantaine de sociétés pour la gestion de l'essentiel de la main-d'oeuvre." (Libération)

 

 Il a fallu attendre 8 ans pour qu'un média s’intéresse à nouveau aux salaires d'esclavagistes de Bolloré. C'est France 2 dans son émission Complément d'enquête qui a repris ce travail d'enquête sur les conditions de travail des salariés africains de Bolloré dans "un ami qui vous veut du bien".

LIRE :

100 millions d'enfants morts en 25 ans en Afrique ! Un génocide sanitaire Franceàfric 1990-2014

Esclavage : Pas d’abolition pour Bolloré

OMERTA SUR LES DICTATEURS IMPOSES AUX AFRICAINS PAR LA FRANCE

Omerta sur les soutiens sans faille aux dictateurs africains. Ce sont des amis de la France, des amis qui en échange de grosses enveloppes, de villas et voitures de luxes, donnent les 3/4 des richesses de leur pays à l’État français (pétrole, diamants, or, minerais de toutes sortes...).
Mais surtout, et c'est ça le plus intéressant pour les milliardaires français -les pays africains du pré-carré français servent de gigantesque camp de travail. Des Africains travaillent pour les entreprises françaises dans des conditions ignobles avec des salaires d'esclavagisme.

F X Veschave avait enquêté et dénoncé ce néocolonialisme. Son réquisitoire  est peu relayé dans les médias. Son énorme travail de compilations des crimes Franceàfric est un peu passé aux oubliettes dans la presse depuis sa mort en 2005.

LES RÉVOLUTIONS AFRICAINES SONT PRÉSENTÉES COMME DES PUTCH

LES PUTCHS FRANCEAFRIC COMME UN PROCESSUS DÉMOCRATIQUE


Les Révolutions les révoltes des Africains sont présentées comme des putchs. C'est ainsi que la révolution malienne de 2012 est présentée comme un coup d'état pour faire accepter ensuite à l'opinion publique l'arrivée de soldats français en masse.

Lire :


La "Révolution malienne de mars 2012" fut bien plus une révolution que la "Révolution des oeillets" au Portugal en 1974


Mali Attaque à Bamako: le groupe AQMI a été financé 58M$ par Sarkozy & Hollande. Les terroristes Al Qaeda qui ont fait plus de 20 morts à l'hôtel Radisson sont financés par France, Qatar, Oman, Suisse, Espagne, Autriche (Scoop 2014 New York Times Rukmini Callimachi)

Le mot "coup d'état" n'est jamais utilisé quand c'est la France qui utilise sa force militaire pour mettre au pouvoir celui qui servira les intérêts esclavagistes de la France.
En Côte d'Ivoire le coup d'état pour mettre en place Ouattara parce que Gbagbo devenait trop anti francàfric et refusait de lâcher la totalité du port d'Abidjan à Vincent Bolloré a été couvert par le mensonge par la totalité des médias français.

LIRE :

Le #Procèsdelahonte de Gbagbo : la CPI est le tribunal de la bourgeoisie esclavagiste

Le régime de Ouattara sera un régime Franceàfric soutenant des attaques djihadistes dans le pays voisin qui venait de réaliser une révolution, le Burkina Faso.
Des écoutes téléphoniques le prouvent. Mais la presse française est aux abonnés absents pour raconter la vérité.
Mondafrique, média Africain, écrit cet article explicite :

Burkina, feu orange de la France en faveur du coup d’Etat

Lire aussi l'article de Yanick Toutain sur Revactu :

Soro & Samorogouan : Cloisonner la préparation de l'attaque jihadiste et les informations sur l'attaque elle-même : les ruses des journalistes OMERTerrorisme  

 

OMERTA SUR LE SOUTIEN DE SARKOZY ET HOLLANDE AUX TERRORISTES

Il a fallu que le New York Times finisse par dénoncer les sommes gigantesque versées par l’État français aux terroristes du Mali pour que quelques journaux ne se mettent à relayer l'information. Les bloggers anti-franceàfric, eux l'avaient fait longtemps avant.

Mali: Le coupeur de mains Iyad Ag Ghali qui avait reçu 20M de F.Hollande en octobre 2013 accusé par El Watan et le ministre malien Abdoulaye Diop d'être derrière les attentats actuels

Aveux d'un chef MNLA : Les terroristes sont dirigés et financés depuis l'Elysée. Sarkozy, Hollande, Puga sont les chefs des criminels Soro, MNLA, Ansardine, Iyad Ag Ghali, AQMI etc....
  
Le soutien aux terroristes au Mali se passait pendant qu'à longueur de lignes, à longueur d'émissions télévisées et radiophoniques, on nous fait passer notre chef d’État pour un ennemi des terroristes...
La perquisition récente de Iad Agd Ghali le principal chef terroriste africain donne la preuve de la protection dont il bénéficiait de la part des troupes d'occupation françaises depuis 4 ans.


LES QUELQUES COURAGEUX QUI OSENT BRISER L'OMERTA FRANCEAFRIC SUBISSENT LA RÉPRESSION

Francois Xavier Verschave qui a écrit plusieurs livres dénonçant la Françafrique a été poursuivi pour "Offense à chefs d'états étrangers".

"Ses deux principaux ouvrages sur la question, La Françafrique (Stock, 1999) et Noir silence (Les Arènes, 2000), sont devenus des références. Ce dernier lui a valu un procès pour offense à chefs d’État étrangers. Il y a été déclaré non coupable, compte tenu de l'absence d'« intention délictueuse » et du contexte juridique de l'affaire (procès relaté dans son livre Noir procès)."

Les journalistes de France 2 après l'émission sur Bolloré ont eux aussi été poursuivis, menacés...
Mais le buzz sur internet a empêché que ça n'aille trop loin.


L'esclavagiste Bolloré ose poursuivre en justice France 2 parce que les journalistes ont dit la vérité sur les salaires d'esclaves qu'il verse aux Africains


Et il y a aussi des militants anti franceàfric de terrain qui subissent un acharnement de l'Etat français sans qu'aucun média et qu'aucun parti politique ne parlent d'eux...

Quand on veut que l'Afrique soit libéré de l'emprise coloniale, quand on se bat pour que les patrons français respectent les lois sociales de leur pays d’origine quand ils s'installent dans d'autres pays, quand on dénonce les salaires esclavagistes Bolloré à 1,50 euros la journée...

Quand on se bat pour une véritable représentation du peuple. Pour des délégués révocables !

Quand on dénonce les violences exercées contre les enfants en toute impunité....

Quand à cause de ces combats l'Etat hollandiste franceàfric instrumentalise leur justice pour vous condamner à 350000 euros pour un article anti franceàfric dénonçant le coup d'état de notre pays contre la cote d'ivoire en 2011 mettant Ouattara un sanguinaire gangstérois à la botte de Bolloré au pouvoir.... Quand pour cela des juges vont jusqu'à commettre des faux en écriture publique, inventant entre autre que j'en étais co-auteur et multipliant par 671 le nombre de visiteurs de l'article.


Le texte du jugement du 3/7/2013 de la Cour d'Appel de Bordeaux une jurisprudence fasciste et délirante basée sur des mensonges stupides un texte -commenté par Yanick Toutain- qui était lisible mais ne l'est plus pour un non abonné à Mediapart.


Quand, 1 an plus tard, je suis nommée dans l' école Valmy, école où un instituteur de CE2 Cm1 Léon Launay tape ses élèves depuis plus de 20 ans et dans laquelle le directeur Patrick Clabaut est l'ami de l'inspecteur Deplanque qui m'avait virée 6 ans avant alors que j'étais assistante pédagogique parce que j'avais témoigné de violences à enfants d'une directrice d'école de maternelle et d'une Atsem.

Quand je suis exclue 2 ans avec un faux en écriture publique inventant que j'aurais distribuée les tracts des parents d'élèves...

Quand je suis révoquée pour "atteinte à la République Française"....


TOUS LES MÉDIAS FRANÇAIS FONT L'OMERTA

Alors Pourquoi ?
C'est normalement le rôle d'un média de retranscrire les procès, les révocation, les violences à enfants, la répression politique.

Les victimes africaines personne ne parle d'elle en France.
Ceux qui les défendent subissent forcément le même sort.
Les lois françaises n'existent plus pour ceux qui défendent les "esclaves de la France", on peut inventer, mentir, condamner à des sommes folles, saisir.....
On peut révoquer !!!! On a tous les droits.... Et les instances en France qui bénéficient d'une image "humanistes" dans les médias français comme la ligue des droits de l'homme, les syndicats, le NPA.... font avec vous la même chose que ce qu'ils font avec les Africains, ils vous ignorent.

LIRE :

5 années de harcèlement politique, judiciaire et professionnel contre une révolutionnaire pro Sankara en France : Professeur des Ecoles condamnée à 35000 € par la Franceàfric, exclue 2 ans au RSA puis révoquée de l'Education Nationale

Hollande révoque une prof pour déclarations anti-violence à enfants et anti-franceàfric

 

LES MÉDIAS EN FRANCE APPARTIENNENT A QUELQUES MILLIARDAIRES QUI FONT LEUR PROFIT GRÂCE A LA MISE EN ESCLAVAGE DES AFRICAINS


Les grands médias appartiennent aux plus gros patrons français. Et, pas à n'importe lesquels des patrons, aux plus gros patrons franceàfric, Bolloré, Bouygues, Dassault (marchand d'armes).
Alors pour cacher toutes leurs horreurs aux Français, les salaires esclavagistes et tout ce qui va avec, le soutien au dictateurs, les coups d'état organisés, les guerres financées, les meurtres de tous les opposants politiques, il leur faut détenir la presse.

Dassault, PDG du groupe d'armement le plus connu et détenteur du journal Le Figaro, le dit franchement en 2004 :

« Pour moi, c'est important d'être propriétaire d'un journal pour exprimer mon opinion » (propos de Serge Dassault, p 629 Histoire secrète de la V° République)

Mais les patrons du CAC40 ne sont pas uniquement présents via le biais de la propriété du capital des journaux, ils font pression sur les journalistes par la publicité. Si un journaliste critique une marque présente dans les publicités du journal, l'entreprise dénoncée fait pression sur le journal pour retirer ses annonces et donc le financement indirect du journal.

« Depuis la « médiacratie » s'en donne à cœur joie. En septembre 1999, Jean-Pierre
Lesueur consacre un article dans Le Monde diplomatique aux pressions qui s'exercent, par exemple, dans les journaux économiques. En 1998, les journalistes de la Tribune, propriété de Bernard Arnault, patron du groupe de luxe LVMH, se rebellent : ils se plaignent d'une « revue de presse d'Ivan Levai (alors directeur de la rédaction du quotidien), intitulée « Diorissime », à la gloire d'une marque de LVMH ». « Les articles sur LVMH sont sous haute surveillance parce que Bernard Arnault ne supporte plus les graphes montrant une chute de ses titres. L’intérêt de ses actionnaires passe avant celui du lecteur », avouait un rédacteur du quotidien économique. A la télévision, il ne faut pas déplaire aux annonceurs. Sur M6, deux reportages ont été ainsi amputés en 2005 de séquences déplaisantes pour la Française des jeux et Renault. La société des journalistes de M6 est immédiatement montée au créneau. Mais pour une rédaction qui hurle combien se taisent. » p 629 Histoire secrète de la V° République

Les mesures d'intimidation sont monnaies courantes sur ceux qui osent faire du vrai journalisme.  Denis Robert qui a enquêté sur l'affaire clearstream en a fait l'expérience.

« Ajoutons les mesures d'intimidation une fois que l'on a déplu. Quelques expériences personnelles vécues au Point, magasine où l'auteur de ces lignes travaille depuis 2000, mais qui existent dans tous les journaux : les reporters enquêtant sur l'explosion de l'usine AZF en 2001 persistent dans la version de l'accident industriel ? Plusieurs membres de la hiérarchie du magazine sont convoqués par Total pour s'entendre dire tout le mal que l'on pense de cette version – qui sera pourtant validée entièrement par le rapport d'expertise remis en mai 2006."  p 628 Histoire secrète de la V° République

La presse ça ne se vend plus. Si les plus gros patrons français achètent des journaux, ce n'est donc pas pour faire du fric mais pour pouvoir manipuler l'opinion et contrôler ce qui est écrit sur eux et leurs amis capitalistes. Ils achètent un journal comme ils achèteraient des électeurs. Bolloré a racheté il y a peu Canal plus. Il a mis tous les journalistes mollassons et censeurs des affaires franceàfric en grève. C'est dire à quel point son OPA à Canal plus contre l'information et la vérité est puissante.


CONCLUSION

Balzac dénonçait déjà au 19° siècle dans "les illusions perdues" l'absence d'indépendance de la presse. Le capitalisme est devenu le régime de la planète entière.
Et les médias en 2017 ne sont plus que le relais de la voix des plus puissants qui dirigent le monde.
L'arrivée d'une nouvelle technologie,internet va déjouer leur vaste programme de censure de l'information et de manipulation des esprits.
Des Terriens, sans statut, sans argent, juste à la recherche de la vérité transmettent de l'information via les réseaux sociaux, les blogs, les forums....