vendredi 30 décembre 2016

Claude Angeli dénonce la promotion du terrorisme au Yemen. USA parrains du terrorisme Qatar Arabie Saoudite etc....


Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 30/12/2016








Comment promouvoir le terrorisme en donnant l'illusion qu'ont le combat ?

Claude Angeli du Canard Enchaîné nous donne la réponse dans cet article.
La guerre saoudienne au Yémen dans un silence poli
Peu avant Noël, le Congressional Research Service a remis au Congrès des États-Unis une analyse de la guerre du Yémen qui n'a pas été rendue publique. Le rapport tend à prouver que ce conflit mené par l'Arabie saoudite, avec le soutien bienveillant du Pentagone, mérite mieux qu'un certain silence. Grâce à ce document, qui contient des informations recueillies auprès des militaires et des services de renseignement améri-cains, les membres du Congrès peuvent donc apprécier le bilan de vingt et un mois de guerre.
 Les USA mène depuis le 25 mars 2015 la guerre au Yemen avec leurs principaux alliés l'Arabie Saoudite, le Qatar, les Émirats arabe unis.
Le parrain du conflit
Cette guerre a débuté le 25 mars 2015. Une coalition d'Etats sunnites, opposés à une rébellion chiite, est alors constituée à lava-vite par l'Arabie saoudite. S'y retrouvent une dizaine de pays : le Qatar, les Emirats arabes unis, le Koweït, la Jordanie, le royaume de Bahreïn, l'Egypte, le Maroc, etc. Les Etats-Unis sont les parrains de cette guerre. Non loin de la capitale saoudienne, une « cellule » de commandement permet alors au général Lloyd Austin, patron de l'US Central Command (Proche-Orient et Asie centrale), de superviser les opérations, de fournir à ces braves Saoudiens l'aide des services barbouzards US et de planifier les raids de la coalition. Pour l'essentiel, ceux des avions saou-diens, du Qatar et des Emirats.

Officiellement l'objectif de la guerre est de « combattre le terrorisme ».
Mais, d'une part, les foyers terroristes ne sont jamais bombardés et d'autre part Al Qaeda et Daech ont grossi dans le pays depuis le début de la guerre.
La victoire est en vue, alors ? Non. Deux semaines après les premiers bombardements, le 8 avril 2015, « Le Monde » titre : « Yémen : une faillite américano-saoudienne ». Suit un article annonçant que cette guerre, qui se veut antiterroriste, vient déjà de favoriser le développement de l'influence d'Al-Qaida (présent au Yémen, sous l'appellation « Al-Qaida dans la péninsule Arabique », depuis 2011) et celle de Daech. Quant aux Iraniens, plutôt fâchés avec Washington et l'Arabie, ils soutiennent la rébellion chiite. Exemple : le 27 mai 2015, « Le Canard » se fait un plaisir de signaler que le port et l'aéroport de la ville de Al-Mukallah, sur la côte orientale du Yémen, se trouvent aux mains d'Al-Qaida et ne sont, très curieusement, jamais bombardés. L'Arabie saoudite a toujours ménagé les héritiers de Ben Laden, et pas seulement au Yémen.

LES USA CONTINUENT A PROTÉGER AL QAEDA




Hillary Clinton se vante d'avoir crée Al Qaeda. Plusieurs vidéo prises dans différents contextes le pouvent. Je mets en lien celle ci.




 Il est donc logique que "la création des réseaux Clinton Obama" soit épargnée lorsque l'armée US lance des bombes au Yemen. Les Yéménites non terroristes eux par contre subissent les tirs !
Quatre mois plus tard, cette région contrôlée par Al-Qaida est toujours épargnée. Ironie de l'histoire, le ministre des Affaires étrangères du royaume de Bahreïn, engagé au côté de l'Arabie, confirme bizarrement les informations du « Canard », dans un entretien publié par « Le Figaro » le 10 septembre 2015. « Si ces militants [d'Al-Qaida] ne sont pas visés actuellement, dit-il, cela ne veut pas dire qu'ils ne le seront pas le moment venu. » Les naïfs qui croyaient aux objectifs antiterroristes de cette guerre pouvaient se dire rassurés : « le moment venu », les Saoudiens s'occuperaient d'Al-Qaida. Au printemps 2016, un an après les premiers raids, l'aviation saoudienne bombarde enfin — « mais un peu », selon les services français — les positions d'Al-Qaida dans l'est et le nord du pays. Après les guerres américaines d'Afghanistan et d'Irak, celle du Yémen, seule-ment parrainée par Washington, prouve une nouvelle fois que ces interventions militaires favorisent le développement des groupes terroristes sans vraiment leur faire trop de mal.


10000 YÉMÉNITES TUES DANS UNE GUERRE MENÉE PAR LES USA

Pendant que Washington organise le terrorisme contre révolutionnaire, les populations meurent.

- Plus de 10000 tués
- 50 % de la population du Yemen a besoin d'une aide humanitaire d'urgence (14 millions de personnes et 400000 enfants manquent d'eau et de nourriture)
- les épidémies se développent à vitesse grand V
  Selon les éléments transmis au ministère de la Défense par l'ambassade de France à Washington, voici quelques éléments essentiels de ce rapport du Congressional Research Service : « Plus de 10 000 tués, dont 4 000 civils. Quelque 17 millions d'habitants (soit 80 % de la population) ont besoin d'une assistance humanitaire, qui ne leur par-vient pas à cause des opérations menées en zones rurales. Et, sur ce total, 14 millions de Yéménites, dont 400 000 enfants,sont insuffisamment ou pas ravitaillés en eau et en nourriture. Résultat : on a enregistré 1 400 cas mortels de choléra et la disparition de 10 000 enfants de moins de 5 ans, victimes de diarrhée et de difficultés respiratoires. Enfin, on estime à 2,2 millions les Yéménites déplacés à l'intérieur du pays. »




mardi 27 décembre 2016

Noël : fête de la pathologie consumériste

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 27/12/2016



Je marche dans les rues du Havre et j'aperçois entre les SDF les mines défaites des gens désespérés, les décorations de noël.

Certains trouvent que toutes ces illuminations sont belles. Je ne le trouve pas. Quand la planète est à l'agonie et qu'une cinquantaine de personnes dorment dans la rue avec des températures approchant le O°C . Les illuminations ont du mal à passer.

LE HAVRE : 230 000 EUROS MINIMUM DE DÉPENSE DE DÉCORATION ET ANIMATION DE NOËL PAR EDOUARD PHILIPPE

COMBIEN DE NUITS D’HÔTELS POURRIONS NOUS PAYER AUX SDF HAVRAIS AVEC AUTANT D'ARGENT ?


Le JDD dévoile le cout de des décorations de Noël au Havre : 220000 euros

"26.625 ampoules, 422 motifs et 90 mâts d'illumination décorent cette année les rues du Havre pour un budget de 220.000 euros.
Classée patrimoine mondial de l'Humanité par l' Unesco , la ville s'illumine du 1er décembre au 7 janvier.
Les 28 petits chalets en bois du marché de noël et les vitrines animées sous les arcades de l'Hôtel de Ville complètent le dispositif. " (le JDD)
Et encore on a pas ici le prix de la grande roue et de la patinoire mise en place pour l'occasion.
Comme les dépenses de la mairie manque de transparence, il n'est pas possible de savoir publiquement le cout de ces infrastructures. On peut néanmoins avoir une idée en obtenant le prix que coute les mêmes roues dans d'autres villes. Par exemple à Caen, la roue coûte 10000 euros !

On est donc déjà à un cout global de 230000 euros pour Noël auquel il manque la patinoire !

Comptez combien de nuits d’hôtel on pourrait payer à ces SDFs havrais avec 220000 euros ?

La gabegie de Noël n'est pas encore finie.

Intéressons nous maintenant aux dépenses des français pour Noël.

559 EUROS DE DÉPENSE DE NOËL PAR FRANÇAIS

C'EST 10 MOIS DE SALAIRE BOLLORE D'UN CAMEROUNAIS


Les Français dépensent en moyenne l'équivalent de 10 mois de salaire d'un travailleur sur les plantations de Bolloré au Cameroun pour Noël !

"
559 euros. C’est la somme moyenne que chaque foyer devrait débourser pour ses cadeaux, ses repas, sa tenue, la décoration de son intérieur et ses sorties pendant la période des fêtes.
En effet, selon une étude du Centre for retail research (CRR) pour RetailMeNot menée dans sept pays, les dépenses de Noël des Français devraient cette année augmenter de 1,5 %, atteignant 67 milliards d’euros."  20 minutes

Une moyenne de 559 euros pour une seule soirée !

Pourtant, nous sommes 80% de la population mondiale à vivre avec moins de 10 dollars par jour (source : L'important)
Et 42,7 % des habitants de l'Afrique Subsaharienne survivent avec moins de 1,90 euros par jour (source Observatoire des inégalités)
Alors la norme qui consiste à dépenser plus de 500 euros pour cette fête de Noël n'est qu'une moyenne effectuée dans un des pays les plus riches.

Ce sont les capitalistes criminels écologistes qui ont imposé cette règle d'achat compulsif pour Noel.

Le fait que le peuple occidental attrape la maladie de pathologie consumériste les rassure sur leur propre état. Ils sont comme les drogués qui veulent à tout prix que leur entourage s'y mette afin de ne plus être seul et de ne pas se sentir "anormal".

"Les plus grandes fortunes annuelles mondiales représentent de deux à quatre millions d’années de Smic français 2016." Observatoire des Inégalités

Non seulement ceux qui consomment rendent malheureux le reste de l'humanité (pollution engendrée pour fabriquer des objets inutiles, spoliations de ceux qui n'ont rien) mais en plus les consommateurs eux même sont malheureux. Consommer pour consommer, acheter pour le plaisir d'acheter, c'est une forme de pathologie. Cela correspond à un manque que l'on cherche à combler en "achetant" en "possédant un bien de plus".
Le manque qu'on les gens provient de sociétés capitalistes destructrices d'humanité auxquelles ils collaborent. Parce que accepter, participer à toutes ces normes toutes plus débiles les unes que les autres sans jamais se révolter, c'est collaborer.

Mais l'humain en eux ne peut vivre à l'opposé des lois naturelles humaines, contre la découverte, l'innovation, la gentillesse, l’empathie envers les autres humains spoliés, c'est pourquoi ils sont frustrés. Acheter les amène à oublier provisoirement ce monde comme un drogué s'éloigne du monde réel avec sa drogue.

LA PATHOLOGIE CONSUMÉRISTE DÉTRUIT L’HUMANITÉ


La pathologie consumériste consiste à consommer plus que ce la production planètaire permet à chaque humain de percevoir. Pour cela le pathologiste consumériste contraint d'autres Terriens à trimer plus que ce que leur corps le leur permet et à vivre avec moins que ce dont leur corps a besoin.

"
Depuis l'aube des temps, ceux qui consomment plus que ce qui est produit sont des malades.
Des malades psychologiques.

LES MALADES CONSUMÉRISTES

Comment satisfaire à leur pathologie, s'ils étaient seuls, au milieu de la forêt ?
Ils seraient bel et bien dans l'incapacité totale de le faire.
En effet, pour pouvoir consommer plus que leur part égale, cela implique que ces malades puissent trouver des victimes.
De la même façon que le violeur placé dans la situation de Robinson Crusoé, seul sur une ile déserte ne pourra violer personne, de la même façon le consumériste pathologique – seul sur la même ile - ne pourra piller personne. Il doit trouver – non pas une femme à violer – mais un être humain à voler.
Un être humain qui sera condamné, par ce fait, à devoir se contenter de bien moins que sa part égale.
De la même façon que le malade violeur a besoin de l'arrivée d'un « Vendredi » pour disposer d'une victime - support de sa pathologie -, de la même façon qu'il a besoin d'un autre être humain qu'il pourra contraindre à des relations sexuelles, de la même façon, le malade consumériste a besoin, lui aussi, d'un « Vendredi économique ». Il a besoin d'une victime, pour pouvoir consommer plus que le revenu disponible.
Et, à l'échelle historique, cette pathologie est encore plus criminelle que la pathologie de l'agresseur sexuel : en effet, l'agresseur consumériste ne se contentera pas d'une production « normale », il ne volera pas les biens que sa victime aurait produit afin de les consommer elle-même. L'agresseur économique, pour satisfaire à sa maladie, franchira un seuil supplémentaire dans l'ampleur et dans la typologie de son agression : il contraindra sa victime à produire des biens de consommation à son intention. Des biens de consommation différents de ceux que la victime produisait ordinairement." Revactu

Consommer des objets peu utiles ou carrément inutiles pollue.

Les jouets qui s'accumulent dans les chambres sans que les enfants y prêtent attention ont généré beaucoup de pollution lors de leur fabrication.

Le plastique provient du pétrole dont l'extraction est une énorme source de pollution de l'air et qui contribue grandement à aggraver l'effet de serre.

Mais la pollution engendrée par la création d'un jouet en plastique ne s’arrête pas là. Sa fabrication dans les usines industrielles génère elle aussi des particules néfastes pour la santé et l'environnement.

Après la fabrication vient le temps où l'objet est acheté et utilisé. Là encore, la santé est mise à mal. Manipuler longuement des objets en plastique est dangereux pour la santé. Des études le montrent.

"Mais la fabrication du plastique n'est pas judicieuse en soi. Les matières plastiques sont constituées d'un ensemble de monomères liés pour former des macromolécules. Aujourd'hui, plus de 20 grandes formes de plastiques existent. L'utilisation du plastique coûte cher à la santé humaine et à l'environnement. Une exposition de longue durée au plastique peut interagir dans l'équilibre chimique du corps humain.
Ces dernières années, deux composés associés aux plastiques ont été particulièrement mis sous les projecteurs : le bisphénol A (BPA) et le phtalate de di-2-éthylhexyle (DEHP). Des études ont montré que 95 % des adultes aux États-Unis avaient des traces de BPA et de DEHP dans l'urine. Une exposition longue au BPA peut diminuer la fertilité chez les hommes et augmenter l'agressivité chez tout être vivant. Les problèmes liés à ce composé ont conduit les autorités sanitaires à interdire son utilisation dans tous les produits qui servent aux bébés, tétines, biberon, jouets, etc.
Le DEHP peut provoquer une résistance à l'insuline, et par conséquent une augmentation du tour de taille. Comme le BPA, il peut perturber les systèmes de reproduction. Il existe très probablement d'autres éléments chimiques du plastique néfastes pour la santé, mais cela est encore sujet à étude. Les chercheurs ont de fortes suspicions sur les retardateurs de flamme, les composés polyfluorés et les antimicrobiens en plastique contenant des additifs tels que le triclosan et triclocarban." Futura Sciences

3 MILLIONS DE MORTS PAR AN A CAUSE DE LA POLLUTION


La grande majorité des êtres humains subit une pollution de l'air cancérigène.

"92% de la population mondiale vit dans des endroits où les niveaux de qualité de l'air ne correspondent pas aux niveaux fixés par l'OMS sur la qualité de l'air ambiant pour les particules fines dont le diamètre est inférieur à 2,5 microns (PM2.5). En mai, c'était 80% de la population urbaine, selon un autre rapport de l'OMS. Les limites établies par l'OMS pour ces particules sont une moyenne annuelle de 10 µg/m3 (microgrammes par mètre cube). Les PM2.5 comprennent des polluants comme le sulfate, les nitrates et le carbone noir, qui pénètrent profondément dans les poumons et dans le système cardiovasculaire, ce qui représente un risque grave pour la santé humaine." Le Parisien
La pollution de l'air tue 3 millions de personnes dans le monde tous les ans.

"Quelque trois millions de décès par an sont liés à l'exposition à la pollution de l'air extérieur, selon l'OMS, ce qui est, en soi, une amélioration. Selon des estimations de 2012, 6,5 millions de décès (soit 11,6 % des décès dans le monde) étaient associés à la pollution de l'air extérieur et à la pollution de l'air intérieur." Le Parisien


Ces décès surviennent dans des pays dans lequel le pouvoir d'achat par habitant est très faible. Les victimes des personnes atteintes de pathologies consuméristes sont les spoliatés qui consomment peu.


"Près de 90% de ces décès surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, et près de deux décès sur trois surviennent dans les régions de l'Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental." Le Parisien

CONCLUSION


Noël était une fête païenne qui célébrait chaque année le solstice d'hiver. La christianisation des populations l'a transformé en fête religieuse.... Et le capitalisme du 21 ° siècle en pleine décadence morale en a fait une fête de la folie de la consommation, la fête de la "pathologie consumériste".
Les capitalistes gagnent sur tous les tableaux avec cette fête de Noël. D'abord ils vendent des tas de trucs inutiles. Grâce à cela, ils font d'énormes profits et ils inoculent en plus la pathologie consumériste dès le plus jeune âge et ainsi peuvent pourrir les futures générations. Ensuite ils réussissent à manipuler le cerveau de millions de gens pendant au moins un mois sur cette fête. Les gens en Occident capitaliste ne pensent qu'aux fêtes de Noël, oublient le chômage, le terrorisme, la crise climatique.
Les hommes les femmes et les enfants qui dorment dans les rues de leur ville ils ne les voient plus. L'avenir sombre qu'ils offrent à leurs enfants en ne réagissant pas à cette folie capitaliste, ils n'y pensent plus, ils ne pensent qu'aux cadeaux à acheter, au repas à préparer, aux décorations à mettre....
Ils ne pensent plus .....


vendredi 16 décembre 2016

Comprendre le fascisme du 21° siècle à la lumière de Reich et du postmarxisme

Charlie Chaplin dans Le Dictateur
Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 16/12/2016








Actuellement en Occident ceux qui ont des actions et des idées fascistes recrutent.
D'abord les partis d’extrême droite augmentent leurs scores d'année en année en Europe. C'est ce que montre Le Figaro qui a étudié les résultats électoraux des Partis d’extrême droite en Europe depuis 2001.
"La progression est claire. Depuis 2001, l’extrême droite gagne du terrain sur le Vieux Continent. L’infographie que publie aujourd’hui Le Figaro.fr répertorie près de 250 élections de portée nationale en Europe sur une période de 15 ans. Au fil des années, nombre de pays se foncent (voir l’infographie ci-dessous), traduisant la progression dans les urnes de cette frange de l’échiquier politique. On note bien, localement, quelques retours en arrière, qu’ils soient le résultat d’un effondrement électoral ou de l’étiolement d’une position jadis bien tenue. On distingue également des zones hermétiques au vote d’extrême droite. Cependant, si cette hausse des résultats électoraux ne se traduit pas par une prise de pouvoir, elle n’en reste pas moins une tendance visible sur l’ensemble du continent européen. (Le Figaro)


Ensuite, on voit se développer un islamofascisme organisé par les USA et financé par l'Arabie Saoudite et  le Qatar. Des organisations comme Daech ou Al Qaeda  propagent un faux islam au service des banques. Elles ont pu être crées et prospérer grâce à l'aide des Etats Unis et elles prospèrent en 2016.

LIRE :

Wilhelm Reich toujours actuel pour analyser l'islamofascisme et les ribafascistes

Comme le dit Wilhelm Reich, le marxisme à lui seul ne permet pas de comprendre pourquoi de nombreuses personnes adhèrent aux idéologies fascistes.

REICH CRITIQUE LE MARXISME
"CONCEPTS VULGAIRES QUI BARRENT LA ROUTE A LA COMPRÉHENSION DU FASCISME"



Reich critique le marxisme.
« Pour comprendre force est de nous débarrasser d'abord des concepts marxistes
vulgaires qui barrent la route à la compréhension du fascisme. Les voici pour l'essentiel :
Le marxisme vulgaire établit une cloison étanche entre l'être économique et l'être social, il prétend que l' « idéologie » et la « conscience » des hommes sont déterminés exclusivement et directement par l'être économique. Il aboutit ainsi à une opposition mécanique entre économie et idéologie, entre « base » et « superstructure » ; il fait découler l'idéologie d'une manière schématique et unilatérale de l'économie et ignore la dépendance de l'évolution économique par rapport à l'idéologie. Pour cette raison même il ne voit pas le problème soulevé par « l'effet en retour de l'idéologie ». Bien que le marxisme fasse aussi état du « retard du facteur subjectif » tel que l'entendait Lénine, il n'est pas à même de se rendre mettre de ce retard parce qu'il l'a fait découlé exclusivement de la situation économique, sans chercher d'abord les contradictions économiques dans l'idéologie, sans appréhender l'idéologie comme une forme historique. » Psychologie de masse du fascisme Wilhelm Reich  p 37 – 38

Selon Reich, les marxistes sont incapables d'expliquer l'idéologie fasciste chez les ouvriers car ils considèrent que c'est « l'être économique » qui détermine l'idéologie de l'individu.
Autrement dit " l'existence détermine la conscience ".

Reich a raison de pointer du doigt les lacunes du marxisme.
En effet, le marxisme considère que la situation économique de l'individu et la place qu'il occupe dans la société vont l'amener à prendre conscience de la classe auquel il appartient.
De cette conscience de classe va naître une pensée politique qui va pousser l'individu à l'action.
Un ouvrier va prendre conscience qu'il est exploité par son patron et va donc être naturellement amené à défendre les intérêts de tous les prolétaires par l'action (grève, occupation d'usine...).

Quelques pages avant, Reich explique que la logique voudrait que les travailleurs défendent leurs intérêts dans des groupements politiques « communistes ».
«  Dans l'ordre rationnel on pourrait s'attendre à ce que les masses laborieuses paupérisées développent une conscience aiguë de leur situation sociale et s'emploient à mettre un terme à leur détresse. » Psychologie de masse du fascisme Wilhelm Reich p 34

Or, ce schéma marxiste ne s'applique pas toujours.
Il arrive dans des situations de crise sociale que les masses laborieuses choisissent le fascisme.
C'est ce que montre W Reich en décrivant les résultats des élections en Allemagne en 1932.

« Quel que soit le nombre de membres des classes moyennes ayant voté pour les partis de gauche ou d'ouvriers ayant voté pour les partis de droite, on est frappé par le fait que les estimations sur la stratification idéologique correspondent à peu près aux résultats des élections de 1932 : communistes et socialistes obtinrent ensemble 12 à 13 millions de voix, le NSDAP (Parti ouvrier national-socialiste allemand) et les Nationaux Allemands ensemble 19 à 20 millions de voix. Il s'ensuit que l'élément décisif n'était pas, sur le plan pratique, la stratification économique mais la stratification idéologique de la population. Les classes moyennes de la petite bourgeoisie ont donc joué un rôle plus important que celui qu'on s'accorde généralement à leur attribuer.
La grande avance du NSDAP qui passa de 800 000 voix en 1928 à 6,4 millions à l'automne 1930, à 13 millions en été 1932, à 17 millions en janvier 1933, coïncidait avec la régression rapide de l'économie allemande entre 1929 et 1932. Selon une évaluation de Jager ( « Hitler » Roter Aufbau, octobre 1930), la part des travailleurs sur les 6,4 millions de votants national socialiste s'élevait à 3 millions environ, dont environ 60-70 % d'employés et 30-40% d'ouvriers. » Psychologie de masse du fascisme Wilhelm Reich p 36-37

REICH EXPLIQUE LE FASCISME PAR LA
"SOCIOLOGIE SEXUELLE"


Reich recherche à comprendre ce phénomène du vote ouvrier fasciste à travers le prisme de la psychologie et en particulier à travers la répression sexuelle que subisse les Allemands.

Selon Reich, pour comprendre le fascisme, l'analyse marxiste doit se combiner avec les apports de la psychologie et notamment celles de Freud concernant le refoulement sexuel. Cette nouvelle science, il l'appelle « sociologie sexuelle ».

« Il en découle que la science de la sociologie de l'économie sexuelle qui repose sur les découvertes sociologiques de Marx et sur les découvertes psychologiques de Freud, est à la fois une psychologie de masse et une sociologie sexuelle. » Psychologie de masse du fascisme Wilhelm Reich, p 48-49

Comme il le souligne, si Hitler a réussi à hypnotiser les masses allemandes c'est qu'il réveillait chez les gens quelque chose qui correspond à leur psychologie malade.

« Un führer ne peut faire l'histoire que si les structures de sa personnalité coïncident avec les structures – vues sous l'angle de la psychologie de masse – de larges couches de la population » Psychologie de masse du fascisme Wilhelm Reich p 54

Selon lui, la répression de la sexualité a un rôle précis dans la société.

« La sociologie fondée sur l'économie sexuelle va plus loin : pour quel motif d'ordre social, se demande-t-elle la sexualité est-elle réprimée par la société et refoulée dans l'individu ? » Psychologie de masse du fascisme Wilhelm Reich

Reich étudie l'histoire et constate que la répression sexuelle existe depuis que les classes sociales et donc les inégalités sont apparues.

«  En se penchant sur l'histoire de la répression sexuelle on découvre qu'elle n'est pas née avec la naissance de la culture, qu'elle n'est donc pas une condition de la formation de la culture, mais qu'elle a débuté relativement tard, après l'instauration du patriarcat autoritaire et la naissance des classes » p 49 Psychologie de masse du fascisme Wilhelm Reich

Il explique comment la répression de la sexualité des enfants entraîne une soumission à l'autorité, adulte.

Wilhelm Reich
«  L'inhibition morale de la sexualité naturelle de l'enfant dont la dernière étape est le rétrécissement caractérisé de la sexualité génitale, rend l'enfant anxieux, sauvage, soumis, obéissant, « aimable » et « docile » dans le sens autoritaire du mot ; en investissant tout mouvement de vie et de liberté d'une lourde charge d'angoisse, elle paralyse les forces de révolte dans l'homme et détériore, en lui imposant l'interdiction de penser aux choses sexuelles, sa puissance intellectuelle et son sens critique ; bref son but est la création du sujet adapté à l'ordre autoritaire, qui accepte ce dernier en dépit de toutes les misères et humiliations. Pour commencer, l'enfant doit se plier à l’État autoritaire en miniature, qu'est la famille, dont il doit accepter les structures, pour s'intégrer plus tard dans le cadre social général. La structuration autoritaire de l'homme se produit – ce qu'il s'agit de ne jamais perdre de vue – en premier lieu par l'ancrage d'inhibitions et d'angoisses sexuelles dans la matière vivante des pulsions sexuelles. » Psychologie de masse du fascisme Wilhelm Reich p 50

L'APPORT POSTMARXISTE
POUR COMPRENDRE LE FASCISME


Son analyse est pertinente. Mais elle doit s'inscrire dans une grille scientifique plus vaste qui prend en considération à la fois l'existence d'autres classes sociales que celles décrites par Marx – la dualité prolétariat contre bourgeoisie et la lutte de strates.

Tout d'abord, Reich ne va pas plus loin que ce que disent les marxistes quand il décrit les ouvriers allemands. Pour lui ce sont des prolétaires point barre. Il ne cherche pas à différencier les ouvriers qualifiés et des non qualifiés...
Pourtant lorsque l'on recule la caméra sociologique pour regarder les ouvriers allemands de 1932 parmi la masse des travailleurs dans le monde en 1932, on observe d'énormes différences de conditions de vie entre les ouvriers allemands et le travailleur moyen dans les pays du Tiers Monde.
En étudiant les revenus des ouvriers allemands, il est fort probable que l'on remarquerait que les plus qualifiés sont au dessus du revenu moyen mondial; et que donc, ils sont spoliateurs des ouvriers non formés des pays du tiers monde et appartiennent à la classe formoise appelée Formoisie par Yanick Toutain.
La définition de Formoisie étant "2e classe sociale exploiteuse principale: la bourgeoisie de la formation. Les membres de la formoisie ont le capital humain, reçoivent de hauts salaires (le plus souvent grâce à leurs diplômes) et consomment plus que le PIB moyen mondial".



LA BASE SOCIALE DU FASCISME : LA FORMOISIE ET LA PETITE BOURGEOISIE


Reich comprend que la dichotomie prolétariat bourgeoisie ne permet pas de comprendre le fascisme. Puisque la base sociale du fascisme serait selon lui « la classe moyenne » ou « petite bourgeoisie ».

Il comprend que ce qu'il nomme « classe moyenne » mais qui regroupe la Formoisie et la petite Bourgeoisie, est traître aux plus pauvres. Cette traîtrise s'expliquerait, selon Reich, par le fait que ses valeurs morales (préjugés sans fondements logiques) seraient identiques à celles de la grande Bourgeoisie.

« La situation sociale de la classe bourgeoise est déterminée :
a) par sa position dans le processus de production capitaliste
b) par sa position dans l'appareil d'Etat autoritaire
c) par sa situation familiale particulière, qui découle directement de sa position dans le processus de production et nous fournit la clef de la compréhension de son idéologie. Économiquement parlant, la situation du petit paysan, du fonctionnaire ou du commerçant moyen est marqué par certaines différences, mais sur le plan familial il y a identité, au moins dans les grandes lignes. » p 61 Psychologie de masse du fascisme

Ces deux classes sociales "Petite Bourgeoisie" et "Formoisie" sont des classes spoliatrices secondaires. Leur spoliation dépend directement de ce que la classe spoliatrice principale la bourgeoisie est prête à lui laisser. Et donc dépend directement de sa complicité dans l'écrasement du Formariat (classe sociale spoliée, ses membres ont un niveau de qualification inférieur à la moyenne mondiale).

W. Reich décrit la façon dont se manifeste cette complicité à l'égard des projets capitalistes au quotidien dans le travail par exemple :

«  La dépendance par rapport aux autorités établies qui caractérise cette couche sociale aboutit, à l'égard des collègues à une attitude de compétition incompatible avec la formation authentique de solidarité. La conscience sociale du fonctionnaire n'est pas déterminée par le sentiment d'une communauté de destin avec ses collègues mais par l'attitude face à l'autorité établie et à la « nation ». Cette attitude consiste pour le fonctionnaire, en une identification absolue avec le pouvoir étatique ; pour l'employé avec l'entreprise qui l'emploie. En réalité, l'un et l'autre sont des sujets au même titre que l'ouvrier de l'industrie. Pourquoi ne développe t-ils pas comme ce dernier, un sentiment de solidarité ? Réponse : parce qu'il occupe une position intermédiaire entre l'autorité et les travailleurs manuels. Sujet par rapport à l'autorité, il est le représentant de cette même autorité dans ses relations avec ses subordonnés et il jouit à ce titre d'une protection morale (non matérielle) particulière. Les adjudants de toutes les armées du monde nous fournissent le type le plus prononcé de ce produit de la psychologie de masse. » p 63

Dans les moments que l'on appelle « crise économique » comme 1929 ou comme l'époque que nous vivons actuellement (mais qui ne sont pas des "crises" pour la grande bourgeoisie puisque c'est à ce moment là qu'elle s'enrichit le plus), les classes intermédiaires sont les premières à être touchées. En fait, il s'agit d'un changement de stratégie des capitalistes qui choisissent momentanément de prendre de l'argent à ces classes intermédiaires pour s'enrichir encore plus, en n'espérant que celles-ci continuent de défendre le capitalisme et ne s'allient pas pour autant avec les plus pauvres.

La Formoisie et la petite Bourgeoisie sont, dans les périodes de crises économiques, face à un dilemme; soit elles choisissent de s'allier avec les plus pauvres et de faire la révolution afin de vaincre la bourgeoisie et de l'obliger à rendre tout ce qu'elle a volé, soit elles continuent comme avant à collaborer avec les capitaliste . Dans ce dernier cas, la bourgeoisie ne se sentant pas menacée, continuera d'écraser les classes sociales intermédiaires jusqu'à ce qu'elles deviennent elles aussi très pauvres.

Reich décrit ce choix qu'ont à faire ces classes spoliatrices secondaires :

« Les classes moyennes n'ont rien d'autres à espérer que l'anéantissement impitoyable. Le problème est simple : ou bien tous se confondent dans la masse grise et morne du Prolétariat où tout le monde possède la même chose, c'est à dire rien, ou bien on rendra aux particuliers la possibilité d'acquérir par la force et la ténacité, par le travail ardu de toute une vie, des biens propres. Classe moyenne ou prolétariat. Voilà la question ! » p 61

Comme ces classes sociales ont épousé les valeurs d’égoïsme de la bourgeoisie, ils leur aient difficile de faire un virage à 180 ° et de s'allier avec le Formariat. Elles sont donc prises en tenaille et une partie de celles-ci cherchent une troisième voix. Cette troisième voix, elles la trouvent dans le fascisme
.

A la différence de beaucoup d'autres marxistes, W. Reich avait compris en étudiant le fascisme que une partie de ce que Marx appelait le Prolétariat choisissait le camp de la bourgeoisie et défendait les mêmes valeurs.

« Au cours des dernières décennies, on assiste dans le monde ouvrier à un processus idéologique dont l'exemple le plus pur nous est fournis dans ce qu'on a appelé « l'aristocratie ouvrière », mais qui n'a pas épargné non plus le travailleur moyen de l'industrie. Le monde ouvrier du XX° siècle n'est plus le prolétariat du XIX° décrit par Karl Marx. Il a adopté dans une large mesure les modes de vie et les concepts de couches bourgeoises de la société. » p 78

Comme le dit Reich un groupe social de travailleur ayant de nombreuses valeurs similaires à la bourgeoisie a grossi depuis le 19° siècle. Ce groupe qui a grossi ce sont les travailleurs qualifiés.

Marx avait répondu à une question qui lui avait été posée sur le travail complexe du travailleur qualifié que l'on retrouve dans la note 19 du capital.
Yanick Toutain montre que c'est là dessus que Marx se trompe car il balaye cette question qui ne lui parait pas importante à l'époque où les travailleurs qualifiés sont minoritaires.

"
"On le voit, la différence entre le travail utile et le travail source de valeur que nous constations au commencement de nos recherches par l'analyse de la marchandise, vient de se manifester comme différence entre les deux faces de la production marchande. Dès qu'elle se présente non plus simplement comme unité du travail utile et du travail créateur de valeur, mais encore comme unité du travail utile et du travail créateur de plus-value, la production marchande devient production capitaliste, - c'est-à-dire production marchande sous la forme capitaliste.

En examinant la production de la plus-value, nous avons supposé que le travail, approprié par le capital, est du travail simple moyen.
Là, Marx concède la globalité de sa faiblesse conceptuelle : c'est dans l'ensemble de son ouvrage - Le Capital -, dans l'ensemble de son étude, qu'il a négligé de prendre en considération ce qui est le fondement de la classe exploiteuse formoise. Ce n'est pas une négligence locale. Ce sont tous les chapitres qui portent le sceau de cette lacune fondamentale.

La supposition contraire n'y changerait rien.
Cela resterait à prouver. Chose qu'il ne fera jamais. Nulle part.

Admettons par exemple, que, comparé au travail du fileur, celui du bijoutier est du travail à une puissance supérieure, que l'un est du travail simple et l'autre du travail complexe où se manifeste une force plus difficile à former et qui rend dans le même temps plus de valeur.

Ce distinguo se trouvait déjà chez Adam Smith. A cette différence que Smith insistait sur le TEMPS nécessaire à cette formation du travail complexe.
Marx embrouille le problème en invoquant une "difficulté" à former le "travailleur complexe". Il s'agit du temps de travail nécessaire à accumuler le capital formation.
Car c'est bel et bien d'une accumulation de capital qu'il s'agit." (Révolisation)

POUR LIRE L'ARTICLE ENTIÈREMENT :

L'erreur économique historique de Marx concernant la formoisie, le travail complexe et les transferts de plus-value : la note 19 du chapitre 7



Pourtant il y a bel et bien un transfert de plus valus entre le travailleur qualifié qui réalise un travail complexe et le travailleur non qualifié qui réalise un travail simple.


Cette productivité supérieure que la Formoisie revendique pour réclamer des revenus supérieurs aux autres est en réalité très faible au regard du stock d'innovations ancestrales, la productivité d'un formoi répétant est très faible.


Cependant Reich n'en a pas étudié les raisons économiques et n'a pas essayé de voir si la partie supérieure (du prolétariat) spoliait l'autre.

Reich explique, plus loin dans son livre que la base sociale de Hitler est la petite bourgeoisie et que, les valeurs et la morale de celle ci ont conquis une partie des masses.

« Il est toutefois intéressant de constater que l'origine petite-bourgeoise de ses idées coïncidait pour l'essentiel avec les structures de masses disposées à leur faire le meilleur accueil. Hitler s'appuyait, comme tout mouvement réactionnaire, sur plusieurs couches de la petite bourgeoisie. » p 55

Par "petite bourgeoisie", comme tout marxiste, Reich inclut à la fois les personnes qui retirent un profit de la propriété de leur moyen de production (comme les petits commerçants et les petits paysans) et les personnes qui perçoivent un revenu supérieur à la moyenne grâce à leur diplôme et qui appartiennent à la petite et moyenne Formoisie.

LUTTE DE STRATES

IDÉOLOGIE FASCISTE ATTIRE LES REPETANTS
ET LES PARASITES


Pour avoir le sentiment d'exister, chacun doit être reconnu par les autres par une identité qui lui ait propre.
La personne qui crée, qui découvre ne recherche pas à se différencier des autres par la violence ou par ses caractéristiques physiques, ce sont ses créations, ses découvertes qui l'identifient comme un individu différent des autres avec une personnalité propre.
A l'inverse quelqu'un dont les capacités innovantes ont été cassées par une répression subie depuis sa plus tendre enfance n'arrive pas à découvrir, à créer, à innover. Elle ne sait que répéter le monde qu'on lui propose. Elle devient une sorte de robot qui accepte ce que les puissants lui ordonne de faire. Mais cette personne a besoin pour autant de se différencier de la masse. Comme elle ne peut le faire par des critères innovants, elle le fait par l'identification à un groupe qui se dit « différent » mais « surtout » « supérieur » aux autres selon des caractéristiques physiologiques comme la couleur de la peau.
Les fascistes attirent donc ceux qui ont un besoin d'appartenir à un groupe qui se dit supérieur aux autres en raison de critères farfelues et racistes.


Et c'est pour cette raison que Reich a raison de dire que les capitalistes par leur répression de la sexualité et leur valeur (en réalité anti innovante mais ça il le suggère sans le comprendre) prépare le terrain à l'idéologie fasciste.

REICH : "LE PETIT BOURGEOIS A BESOIN D'OPPOSER
SON INDIVIDUALITÉ A LA MASSE"

Pour Reich, le petit bourgeois a besoin d'« opposer son individualité à la masse ». Et ce à cause d'une éducation de répression. On pourrait traduire ce que dit Reich en langage post marxiste en disant que la destruction de ses capacités innovantes par la société (parents, école...) amène l'individu adulte à se sentir vide intérieurement et sans réelle personnalité. Pour combler ce vide, celui ci va prendre part à l'idéologie fasciste afin d'avoir le sentiment d'être important parce que dans ce groupe politique, on lui dit qu'il appartient à un groupe supérieur.

« Plus importante encore est l'identification des individus nivelés dans la masse avec le « führer » (leader). Plus l'individu a perdu, du fait de son éducation, le sens de l'indépendance, plus le besoin infantile d'un appui se manifeste par une identification affective au führer. Cette tendance est le fondement psychologique du narcissisme national, c'est-à-dire d'un sentiment de fierté emprunté à la « grandeur de la nation ». Le petit bourgeois réactionnaire se découvre lui-même dans le führer, dans l’État autoritaire, il se sent – en raison de cette identification – le défenseur de la « nationalité »(« Volkstum »), ce qui ne l'empêche pas de mépriser – en raison de cette même identification - « la masse » à laquelle il oppose son individualité ». Sa détresse matérielle et sexuelle est si bien « noyée » dans l'idée exaltante de faire partie de la race des maîtres et d'être conduit par un génie , que dans certains moments privilégiés, il en arrive à oublier qu'il est devenu un simple « suiveur » sans importance et sans voix au chapitre. » p 76

CONCLUSION


"Psychologie de masse du fascisme" est une œuvre majeure.
Les travaux de Reich doivent être étudiés et enrichis actuellement car ils constituent une mine pour comprendre nos sociétés du 21° siècle.
Le postmarxisme avec la découverte de nouvelles classes sociales, l'Innovoisie, la Formoisie, l'Egérioisie, Gangstéroisie, permet de comprendre plus finement les mobiles sociologiques des groupes sociaux attirés par le fascisme.
La lutte de strates complète en partie "la sociologie sexuelle" par laquelle Reich explique la sclérose des adultes dans nos sociétés capitalistes patriarcales.
Mais nous sommes au bord d'un océan de découvertes sociologiques et psychologiques permettant de comprendre les comportements humains.

mercredi 14 décembre 2016

Ferrero, Bolloré : esclavage des enfants

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 14/12/16







Il n'y a pas que Bolloré qui met les mineurs au travail. Dans le nutella, il y a la sueur des petits africains de 14 ans.

On avait vu dans le reportage de Complément d'enquête que Vincent Bolloré payait 1,50 euros la journée des jeunes de 16 ans.

LIRE : Esclavage : pas d'abolition pour Bolloré

Des mineurs travaillant pour 1,50€/jour dans les plantations
de Bolloré au Cameroun


Bolloré avait attaqué France 2 parce que la chaîne avait diffusé la vérité sur les conditions dramatiques dans lesquelles des jeunes travaillent dans ses plantations.

L'esclavagiste Bolloré ose poursuivre en justice France 2 parce que les journalistes ont dit la vérité sur les salaires d'esclaves qu'il verse aux Africains


J'avais interviewé un ancien salarié de Bolloré au Cameroun chargé du recrutement et qui avait confirmé les révélations de France 2.

LIRE : Embauche systématique de mineurs par Bolloré ! Témoignage inédit d'un ouvrier de SOCAPALM ayant travaillé pour Bolloré pendant 10 ans au Cameroun

Ce sont maintenant  les pratiques de Ferrero qui se retrouve sur le feu des projecteurs.

SumOfUs, organisation qui dénonce les abus des multinationales révèle que Ferrero met en esclavage des enfants en Afrique pour la production du cacao utilisée dans ses produits.


"
Tous les enfants aiment-ils le Nutella? Oui, sûrement...sauf ceux qui sont réduits en
esclavage pour le produire. Nous sommes en 2016 et pour accroître ses bénéfices, Ferrero -- le géant du chocolat propriétaire de Nutella -- va jusqu'à tirer profit de l'asservissement de pauvres enfants.


Arrachés à leurs familles et vendus aux plus offrants dans le pire des cas, ces enfants travaillent gratuitement dans des conditions extrêmement dangereuses. Le plaisir que nous prenons à déguster les tablettes de chocolat Ferrero a un prix : celui de leurs vies.
" (Sumofus)

Ferrero n'est pas la seule multinationale à faire travailler des enfants. Ce sont au total 2,1 millions d'enfants en Afrique de l'Ouest - le pré carré de la France - qui travaillent dans des plantations de cacao.

"Le travail forcé des enfants est l’une des conséquences les plus graves générées par la filière du cacao.  Ils sont 2,1 millions d'enfants à y travailler -- en Afrique de l'Ouest -- selon le Département étasuniens du Travail." (Sumofus)

En 2001, sous la pression de l'opinion publique et des consommateurs occidentaux de chocolat, le Protocole Harkin-Engel était signé par l’industrie chocolatière qui s’était engagée à cesser de faire travailler des enfants. 15 ans plus tard, rien n'a changé !
C'est ce que qu'ont dénoncé plusieurs ONG à travers un appel nommé "10-campaign en 2011.


"Dix ans plus tard, ces promesses sont restées lettres mortes, puisque quelque 1,8 million d’enfants triment toujours dans les exploitations de Côte d’Ivoire et du Ghana. Face à l’échec des initiatives volontaires, des organisations non gouvernementales, dont la Déclaration de Berne, lance la «10-Campaign», demandant aux gouvernements de mettre enfin les entreprises face à leurs responsabilités. "

Ce scandale des petits africains dans les plantations de cacao de Ferrero fait suite à celui révélé il y a 3 semaines par le Sun et repris par de nombreux médias français, des enfants roumains de 6 ans fabriquant les kinder-surprises. Ces enfants travaillent à domicile et assemblent les différentes parties qui composent les œufs Kinder. Ils sont payés 26 centimes d'euro de l'heure !

Enfants roumains fabriquant les Kinder-surprises à domicile
"Dans une enquête intitulée « Les esclaves des œufs Kinder  », Nick Parker, le correspondant à Bucarest du quotidien, révèle que le groupe familial italien fait travailler, par le biais de sous-traitants, des enfants de 6 ans qu'il rémunère 26 centimes d'euro de l'heure. Les salariés mineurs seraient chargés d'assembler les pièces en plastique qui constituent les surprises que les œufs Kinder renferment." Le Point

CONCLUSION


Noël, c'est une fête pour les enfants d'occident mais pas pour tous les autres. Pas pour ceux qui peuvent à peine se nourrir d' un bol de riz par jour.

Il y a les enfants que l'on gave de chocolat et à qui l'on transmet la pathologie consumériste dès le plus jeune âge et puis il y a ceux qui les fabriquent mais ne mangeront jamais de ce chocolat.

Tant que le capitalisme survivra, l'impérialisme continuera et l'esclavagisme aussi.
Tant que le capitalisme survivra, l'ignominie continuera. Et les humains les plus vulnérables comme les enfants continueront de souffrir en silence.

mardi 13 décembre 2016

Wilhelm Reich toujours actuel pour analyser l'islamofascisme et les ribafascistes

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 12/10/2016






On voit se développer un islamofascisme organisé par les USA et financé par l'Arabie Saoudite et  le Qatar. Des organisations comme Daech ou Al Qaeda  propagent un faux islam au service des banques. Elles ont pu être crées et prospérer grâce à l'aide des Etats Unis.
Ces organisations criminelles ont aussi des auxiliaires. Des organisations en apparence non meurtrières mais qui propagent une idéologie raciste, antisémite, anti femme au nom du soit disant islam.

Si le fascisme est défini par le dictionnaire Larousse comme une "doctrine ou tendance visant à installer un régime autoritaire rappelant le fascisme italien ; ce régime lui-même", on voit depuis les Regulares espagnols au Maroc, Al Husseini avec la Grande Bretagne puis Hitler, les Frères Musulmans dirigés par l'agent de la CIA père de Tariq Ramadan, Al Qaeda, puis DAECH apparaitre un nouveau fascisme créé de toutes pièces par l'impérialisme.
Le complot terroriste vise aussi bien l'Asie, le Proche-Orient, l'Afrique que l'Europe.

RECRUTEMENT ISLAMOFASCISTE DANS LES QUARTIERS PAUVRES DANS LES PAYS A FORT POTENTIEL RÉVOLUTIONNAIRE


L'organisation Daech recrute dans les quartiers pauvres en Europe.
L'objectif des chefs de cette organisation financée et mise en place par les USA est clairement de recruter dans la jeunesse des quartiers pauvres. Autrement dit ceux qui ont toutes les raisons de devenir anti capitaliste parce qu' ils vivent les inégalités quotidiennement et leurs ascendants ont vécus le colonialisme français sont recrutés par Daech.

Gilles Kepel considère que depuis 2005 et l'Appel à la résistance islamique mondiale de Mustafa Setmariam Nassar, 58 ans (alias Abou Moussab al-Souri (le Syrien)), que certains considèrent être le principal idéologue de DAECH l'objectif est clairement de recruter les jeunes d'origine immigrés dans les quartiers défavorisés des pays européens.
«  L'année 2005 voit la mise en ligne d'un « Appel à la résistance islamique mondiale »
qui théorise le terrorisme sur le sol européen comme principal vecteur de la lutte contre l'Occident et identifie dans la jeunesse « mal intégrée » issue de l'immigration son instrument de prédilection Ce texte rompt avec la logique d'Al-Qaeda, dont les dirigeants missionnaient des exécutants venus du Moyen-Orient pour attaquer les Etats-Unis et privilégie une stratégie d'offensive à l'intérieur des pays d'Europe, avec l'objectif de les faire imploser en suscitant la guerre civile en leur sein. » p 30 Gilles Kepel Terreur dans l'hexagone, genèse du djihad français

Mais, Gilles Képel ne relève pas la convergence de stratégie de la CIA et de Abou Moussab al-Souri !
Comme par hasard, la stratégie de la tension de l'OTAN (strategia della tensione) est en parfait accord avec les élucubrations fascistes de celui que Assad libéra pour pourrir la révolution syrienne.
"Il a été arrêté par les services secrets pakistanais en 2005, avant d’être remis aux Etats-Unis qui, à leur tour, l’ont livré à Damas en 2011. Bachar el-Assad le relâchera en 2011 afin de propager les idées djihadistes parmi les manifestants qui s’opposent à lui dans la rue."Le Matin

La France, pays européen à fort potentiel révolutionnaire et dont les manifestations massives sont relativement fréquentes, est particulièrement marquée par cette propagande djihadiste. Il en ait de même pour la Tunisie qui a fait une révolution il y a seulement quelques années.
« La France produit effectivement un fort contingent de djihadistes (1200) tout comme la Belgique (440) et la Tunisie (entre 1300 et 3000). » Marianne


Il y a alliance de la gangtéroisie djihadistes avec les boursiers de Wall Street pour prendre les potentiels recrues aux révolutionnaires et les transformer en kamikazes tueurs d'innocents.

L'objectif est aussi de diviser les pauvres d'Europe en les détournant des questions sociales en axant leur pensée vers un mysticisme gangstérois anti science.

Les djihadistes comme les nazis recrutent surtout parmi les déçus du système capitaliste, parmi ceux qui espéraient plus et qui se trouvent lésés. L'objectif est le même pour les nazis comme pour les djihadistes, ils s'appuient sur cette révolte pour la détourner vers un mysticisme meurtrier.

« L'apparition d'un modèle de rupture avec les valeurs de la « société mécréante » se substitue au précédent modèle de rupture sociale avec la « société bourgeoise ». En émerge une génération de diplômés, de cadres et d'entrepreneurs de culture musulmane, imbus de valeurs de droite et révérant les forces du marché. » p 233 Gilles Kepel Terreur dans l'hexagone, genèse du djihad français

C'est aussi ce qu'ont fait les partis fascistes d'Europe dans les années 30.

Cet aspect est relevé pas Wilhelm Reich qui dénonce des similitudes organisationnelles

En Allemagne, Hitler voulait imposer l'impérialisme nationaliste par des méthodes marxistes.

« Pour parvenir à ses fins, Hitler fait appel aux sentiments nationalistes des foules, mais il décide d'organiser son mouvement, comme le marxisme, sur une base de masse, de mettre au point une propagande appropriée et de s'en servir de manière conséquente. Son propos est donc – il est le premier à l'admettre – d'imposer l'impérialisme nationaliste par des méthodes empruntées au marxisme et sa technique d'organisation des masses. » Psychologie de masse du fascisme p 57

Une partie de ceux qui ont rejoints Hitler étaient convaincus que leur leader était un ennemi du capital et pensaient réaliser une révolution socialiste.

« Il suffisait de s'entretenir avec des partisans du national-socialisme, notamment avec des membres des SA, pour se rendre compte que la phraséologie révolutionnaire était le facteur décisif du ralliement de ces masses. Ainsi, certains national-socialistes niaient qu'Hitler représentât le capital. D'autres mettaient Hitler en garde de trahir la cause de la « révolution ». Quelques membres de SA affirmaient qu'Hitler était le Lénine allemand. » Psychologie de masse du fascisme p 57

C'est pourquoi, une partie des recrues d'Hitler étaient des révolutionnaires potentiels.

« Les transfuges de la social-démocratie et des partis libéraux du centre, qui étaient venus au national-socialisme, appartenaient sans exception aux masses révolutionnaires qui avaient fait partie naguère du groupe des apolitiques et des indécis. Les communistes convertis au national socialiste étaient souvent des éléments révolutionnaires qui n'avaient pas compris les mots d'ordre contradictoire du Parti Communiste allemand ou qui s'en étaient laissé imposer par le faste extérieur du Parti d'Hitler, par son allure militaire, par ses explosions de force brutale. » p 104

POUR ATTIRER LES MASSES LES FASCISTES REPRENNENT UN VOCABULAIRE MARXISTE QU'ILS DÉTOURNENT


Certains thèmes sont empruntés directement au marxisme comme « la lutte contre le grand capital »

« Hitler n'aurait jamais pu gagner à sa cause les classes moyennes s'il n'avait pas promis d'engager la lutte contre le grand capital. » p 59

Le vocabulaire utilisé par les fascistes est en partie celui des révolutionnaires marxistes.

« Parmi les moyens symboliques mis en œuvre, on est frappé par le symbolisme du drapeau :

« Nous sommes l'armée de la croix gammée
Brandissez les drapeaux rouges
C'est au travail allemand que nous voulons
Aplanir le chemin de la liberté
 »

Ce texte est nettement révolutionnaire si l'on considère son orientation émotionnelle. Les national-socialistes utilisaient à bon escient des airs révolutionnaires auxquels ils adaptaient des paroles réactionnaires. » p 104 Psychologie de masse du fascisme

LES NOUVELLES ORGANISATIONS TOLÉRANTES AVEC LES DJIHADISTES


Les organisations qui détruisent les combats des révolutionnaires laïques et qui se donnent des allures de résistants anti colonisation fleurissent en France actuellement.

Il y a les indigènes de la République, le collectif Mafed, le collectif Mwasi ...

Ces organisations donnent l'illusion qu'elles sont anti colonial mais jamais elles ne parlent des crimes de la France en Afrique. Jamais elles ne dénoncent les 100 millions de bébés africains morts en 25 ans.
Et elles ne se sont jamais prononcées contre les coups d'état comme celui de Ouattara organisé par la France et mettant Gbagbo à la Haye, lui qui avait gagné les élections.


Mais, par contre, elles créent un racisme. Le racisme "anti blanc". Elle refuse le concept de « nous sommes tous des roses ». En mai 2015, j'avais répondu à un tweet de Sihame Assbague »,


@Lil_RoXaNe @s_assbague je RT. Mais je préfère les mots rose foncé et rose clair que noir et blanc.http://revolisationactu.blogspot.fr/.../nous-sommes-tous... Considérer que nous sommes une même race et que nos couleurs de peau ne sont que des dégradés d'une même couleur était pour Sihame Assbague insupportable. Elle m'avait donc répondue en m'insultant.




Les organisateurs du "camp décolonial" interdit aux roses clairs sont racistes. Toutes les personnes ayant  une couleur de peau rose pâle étaient interdites d'entrée !!! Le Figaro décrit à quoi ressemblait de "camp décolonial".

"
Ce «camp d'été décolonial» se présente comme une «formation à l'antiracisme politique». Un stage de quatre jours, du 25 au 28 août, ouvert à 150 personnes, qui aura lieu près de Reims et qui s'inscrit «dans la tradition des luttes d'émancipations décoloniales anti-capitalistes et d'éducation populaire», expliquent sur leur site les organisatrices, qui revendiquent déjà «plus de la moitié des places réservées.»
Une forme d'antiracisme très spéciale, puisqu'elle exclut les personnes blanches. En effet, est-il précisé sur le site: «Le camp d'été est réservé uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d'État en contexte français, nous accepterons cependant quelques inscriptions de personnes subissant le racisme d'État mais vivants dans d'autres pays.» Une précision qui exclut de facto les personnes blanches, qui ne souffrent pas selon les organisateurs de «racisme structurel». Une exclusion qui n'est pas sans susciter l'indignation. «Où sont les critiques? Où sont les demandes d'interdiction?», se demande ainsi le journaliste Laurent de Boissieu, qui le premier a repéré l'évènement, sur son blog.
A l'origine de cette idée, deux militantes: Fania Noël et Sihame Assbague. Cette dernière, qui se présente comme une militante antiraciste, est proche du PIR (Parti des Indigènes de la République) mouvement qui dénonce le «philosémitisme» d'État, dont l'une des responsables, Houria Boutedjla est accusée de prôner une forme de racisme anti-Blancs. Porte-parole du Collectif «stop au contrôle au faciès», Sihame Assbague est également membre du Collectif Mafed, Marche des femmes pour la dignité. Quant à Fania Noël, elle se présente comme «afroféministe anticapitaliste anticolonialiste anti-impérialiste anti-mixité…», et fait partie du Collectif Mwasi, réservé aux «femmes cisgenres et transgenres noires/métisses africaines et afro-descendantes». Cette militante très radicale revendique ouvertement une forme de communautarisme. «Je pars du principe que si tu ne vis pas un truc, tu ne peux pas en parler», déclarait-elle à Libération. «Oh que oui, on est bien entre nous!», ajoutait-elle, un brin provocatrice. «Entre nous». C'est bien là le principe du camp d'été. Il est également précisé que les couples non-mixtes ne sont pas acceptés, puisqu'il faut subir de façon «personnelle» le racisme d'Etat. Contactées, les deux organisatrices n'ont pas accepté de répondre à nos questions.
Au programme du stage, on trouve, pêle-mêle: des ateliers d'écriture pour «décoloniser l'imagination», des formations pour «construire une lutte anticapitaliste décoloniale à l'échelle de l'UE», mais aussi «lutter contre la négrophobie des personnes racisé.e.s non noir.e.s», et «combattre les politiques anti-migrations»." Le Figaro

Les leaders de ces groupes ont des propos très ambigus concernant le djihadisme. Caroline Fourest démasque ce que cache réellement ces organisations.

« Ces « nouveaux antiracistes » sont plutôt pro-islamistes, partisans de la concurrence victimaire entre les juifs et les Arabes ou les Noirs, parfois même racistes envers les juifs et méprisants envers les homosexuels. La plupart ont participé à la Marche de la dignité, ce grand rendez-vous des « nouveaux antiracistes ». Aveuglée par la présence d'Angela Davis, la presse l'a couverte avec une incroyable complaisance. Il s'agissait en fait d'une marche très radicale, où l'on a fait siffler « Charlie Hebdo » et des intellectuels engagés contre l'intégrisme, le tout en brandissant une banderole plus que douteuse... Elle était censée montrer les visages des victimes de violences policières racistes. Sauf que parmi ces visages se trouvaient celui d'un certain Bilal Bertrand Nzohbonayo. L'homme qui aurait crié « Allahou akbar » avant de blesser trois agents à Joué-lès-Tours en décembre 2014. La police l'a abattu en pensant éviter un carnage. Quelques jours avant son attaque, il avait affiché le drapeau noir de l’État islamique sur sa page Facebook. Mais pour la Marche de la dignité, pas de doute, c'est une bavure raciste. (...) »

« Radicalement antilaique et pro-islamiste, le mouvement des Indigènes de la République est né en réaction à la loi sur les signes religieux. Il considère que la France doit « interroger ses Lumières » et lutte, selon ses mots, « contre toutes les formes de domination impériale, coloniale et sioniste qui fondent la suprématie blanche à l'échelle internationale ». Ils ont tweeté une étrange photo prise à Molenbeek le 19 mars 2016. Elle montre un jeune homme défiant d'un air menaçant un cordon de policiers … lequel tente alors de sécuriser l'arrestation de Salah Abdeslam, l'un des terroristes du 13 novembre. En dessous de la photo du jour, en soutien à ce jeune homme menaçant, le Parti des indigènes de la République a écrit : #Resistance. (…) Les « nouveaux antiracistes » sont surtout.... les nouveaux racistes.
Tenant fièrement la banderole de tête de la Marche de la dignité, le leader des Indigènes de la République, la sulfureuse Houria Bouteldja, s'est définitivement décrédibilisée en signant un livre accablant "Les Blancs, les juifs et nous". (…) On y trouve ce passage gênant où l'auteur raconte son exultation en entendant Ahmadinejad déclarer à la tribune des Nations unies : « Il n'y a pas d'homosexuels en Iran. » « Je suis pétrifiée, explique t'elle. Il y a des gens qui restent fascinés longtemps devant une œuvre d'art. Là, ça m'a fait pareil. Ahmadinejad, mon héros. »  Marianne article Le génie de la laïcité et ses mauvais génies reprend des extraits du livre de Caroline Fourest Génie de la laïcité




CONCLUSION


Les faux musulmans se réclamant de l'Islam et organisant des attentats contre des innocents ont été crées par les États Unis.
Les capitalistes utilisent le fascisme quand ils sentent leurs intérêts trop menacés. Léon Trotsky analyse cette stratégie utilisée par les capitalistes :


« Le régime fasciste, qui ne fait que reculer jusqu'à l’extrême les limites du déclin et de la réaction inhérente à tout capitalisme impérialiste, devient indispensable lorsque la dégénérescence du capitalisme anéantit les possibilités de maintenir le illusions sur l'élévation du niveau de vie du prolétariat. La dictature fasciste signifie la reconnaissance ouvertes de la tendance à l'appauvrissement que les plus riches démocraties impérialistes s'efforcent encore de cacher. » p 624 recueil d'écrits de Trotsky sur le fascisme « Contre le Fascisme » Léon Trotsky
 Un des objectifs capitalistes avec la création et le soutien de ces organisations djihadistes est de "pourrir les quartiers populaires potentiellement révolutionnaires". L'islamofascisme constitue une contre révolution organisée par les capitalistes dans les pays à fort potentiel révolutionnaire.Wilhelm Reich a analysé très finement les techniques qu'utilisaient les nazis pour attirer les masses dans Psychologie de masse du fascisme et on observe que celles ci ont de nombreux points communs avec les islamofascistes.