mercredi 30 novembre 2016

Des bénéficiaires de la CMU payent à la place de l'Assurance Maladie

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 30/11/2016




La CPAM a déménagé en mars 2015.
Alors que ses locaux étaient situés Boulevard de Strasbourg ils sont maintenant Cours de la République.
Jusque là rien de spectaculaire.
Mais dans l'administration un déménagement, c'est un changement. Et comme tout changement, cela implique des « incidents ».
Les incidents sont des dossiers perdus et des retards de traitement de dossier empêchant les plus pauvres de pouvoir se soigner ou les entraînant dans des situations de désastres financiers.
Une Assistante Sociale du Havre dit :
« en janvier 2016, 800 dossiers étaient perdus et il y a eu des retards sur tous les dossiers à cause du déménagement"

Cette information corrobore ma propre expérience ainsi que celles de dizaines d'autres personnes que j'ai rencontré.

C'est fâcheux. On imagine que l'Assurance maladie est dans ses petits souliers.

Non non quand ils ont tort, ils sont encore plus odieux avec les pauvres.

2 MOIS DE RETARD POUR MON TRAITEMENT DE DOSSIER CMU ET DES FRAIS MÉDICAUX JAMAIS REMBOURSES


En septembre 2015 ma CMU n'était pas renouvelée alors que j'en avais fait la demande 1 mois avant.

LIRE :

L'Etat comble le trou de la sécu sur le dos des pauvres : 2 mois sans se soigner, le temps d'attendre une carte CMU

Un des employés de la CPAM m'avait rassurée :

"Ne vous inquiétez pas vous serez remboursez pour vos dépenses de santé durant les mois de retard de traitement de dossier"

Si je m'inquiétais, comme toutes les personnes qui vivent avec un RSA, des dépenses supplémentaires à la survie quotidienne (loyer, nourriture) entraîne de gros problèmes même si elles sont remboursées plus tard !

Mais je n'imaginais quand même pas à l'époque que l'Assurance Maladie allait avoir le culot de me faire payer ses erreurs !

C'était faire preuve de grande naïveté !

Plus d'un an plus tard, l'Assurance Maladie n'a rien remboursé des dépenses de santé correspondantes à la période de retard du traitement de mon dossier, c'est à dire aux dépenses de septembre et octobre 2015 !

Pire, j'ai été harcelée par un laboratoire qui me réclamait de payer les sommes que l'Assurance Maladie refusait de leur verser !
Joint par téléphone il y a un mois, ce laboratoire m'a expliqué que l'Assurance Maladie refusait de les rembourser pour une dépense de septembre 2015 alors que ce laboratoire leur avait montré l'attestation de mes droits CMU qui vont du 01/09/2016 au 31/08/2016.
Joint par téléphone il y a un mois, le laboratoire a laissé tomber la bataille sans issue avec l'Assurance Maladie et m'a assuré qu'il ne me réclamerait plus son remboursement ayant compris que la somme n'était pas ma dette mais celle de l'Assurance Maladie contre laquelle le laboratoire semble se sentir impuissant.

Mais je ne suis pas la plus à plaindre comme victime des fautes de l'Assurance Maladie.

Il y a bien pire comme situation ! Lisez le cas de Solène (le prénom a été modifié), mère de 4 enfants et bénéficiaire du RSA.

SOLÈNE BÉNÉFICIAIRE DU RSA ET MÈRE DE 4 ENFANTS POURSUIVIE PAR LES HUISSIERS POUR DES FRAIS MÉDICAUX QUE L'ASSURANCE MALADIE AURAIT DU PAYE


Solène mère de 4 enfants s'est retrouvée durant 3 mois sans CMU (de janvier à mars 2016). Ses enfants et elle n'étaient pas assurés. Pourtant, elle a dû faire face à des dépenses de santé durant l'année et à des frais d'hospitalisation. Résultat : 1 an après, et malgré les demarches de son assistante sociale, les huissiers la poursuive et la menace pour des frais dont l'Assurance Maladie est redevable.

Pourtant les employés de l'Assurance Maladie avaient rassuré son assistante sociale en lui promettant , comme ils l'avaient fait avec moi, que les frais engagés par Emilie seraient intégralement remboursés une fois le retard de traitement de dossier réglé.


Et Solène ajoute à son récit :

« je me suis rendue compte en discutant avec des gens que nous sommes pleins dans ce cas là »

En effet, j'ai moi aussi discuté avec des bénéficiaires de la CMU qui ont été ou sont dans des situations difficiles à cause des erreurs de l'Assurance Maladie.
Pourtant aucun journaliste ne s'est intéressé à ce scandale !

SOLENE N 'EN PEUT PLUS

HARCELEE A CAUSE DES DYSFONCTIONNEMENTS DE L’ÉTAT ALORS QU'ELLE PEINE A SURVIVRE AVEC SES 4 ENFANTS


Solène n'en peut plus.
Avec ses 4 enfants et son RSA elle n'arrive pas à joindre les deux bouts...
Et maintenant en plus des problèmes quotidiens de misère viennent s'ajouter ceux d'une administration défaillante qui fait payer ses fautes par les plus pauvres !

LES MÉTHODES ILLÉGALES UTILISÉES PAR LES HUISSIERS POUR VOLER L'ARGENT DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU


Emilie m'explique les méthodes pourries des huissiers.
« La dette hospitalière, je ne la paie pas parce que ce n'est pas à moi de la payer et je ne peux pas la payer. Alors les huissiers ponctionnent sur mon compte de l'argent. »
- Tu es au RSA
- Oui
- Ils n'ont pas le droit de le faire. La loi dit qu'il faut laisser sur le compte l'équivalent d'un RSA.
- Oui, ils laissent sur mon compte l'équivalent du RSA pour une seule personne. Sauf que nous sommes cinq ! Et ils l'ont fait au moins trois fois ! »


Vient ensuite une conversation sur l'argent que vole la banque à chaque fois qu'elle réalise une ATD même si il n'y a rien sur son compte que ses créanciers pourraient récupérer.

LIRE :

100 euros de plus dans les profits de la Caisse d'Epargne. Ils ont volés 1/5° de mon RSA.


Elle m'explique que la Poste - la banque du pauvre soit disant - prend 70 Euros pour un ATD
C'est 30 euros de moins que la Caisse d'Epargne qui prend elle 99,76 Euros !

Mais ces pratiques sont illégales mais tolérées en France.

LIRE :

La réponse de la Banque de France : la Caisse d'Epargne aurait le droit de voler 99,76 euros à un RSAiste sous le prétexte d'avoir reçu une lettre d'huissier


HOLLANDE ET SA MINISTRE DE LA SANTÉ MARISOL TOURAINE ORGANISENT LE RACKET DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU PENDANT QU ILS AUGMENTENT LES MÉDECINS ET SPÉCIALISTES


Pendant que Solène et ses camarades bénéficiaires de la CMU sont poursuivis par des huissiers à cause des retards de traitement des dossiers CMU de la CPAM, Marisol Touraine a augmenté  de 4 euros la consultation chez le médecin généraliste et chez le spécialiste. Ce qui fait par jour une augmentation de 64 euros par médecin (en comptant qu'une consultation dure en moyenne 30 minutes par patient) . C'est beaucoup ! Eux, ne risquent pas de voir arriver chez eux des huissiers tous les quatre matins ! Mais ce sont les chouchous de tous les partis capitalistes dégénérés le PS comme l'UMP ! Fillon veut encore mieux payer les médecins aux dépens des plus pauvres.
Marianne dévoile les dessous du projet de François Fillon concernant la santé :

"François Fillon a beau dire qu’une aide au paiement des complémentaires sera mise en place pour les plus défavorisés (), cela n’empêchera pas un nombre croissant d’assurés de s’en trouver privés : c’est en fait très exactement le modèle d’assurance-santé américain qui se mettra en place : primes très élevées, croissance des dépenses non maîtrisée ( 17 % du PIB, la plus élevée au monde), systèmes publics d’aide aux plus défavorisés (Medicaid) et aux retraités (Medicare- ce qui, notons-le, n’existe pas en France, où les adhérents d’une complémentaire d’entreprise en perdent le bénéfice en partant à la retraite – précisément à l’âge où les soins de « bobologie » deviennent de plus en plus importants), et un pourcentage important de citoyens de la classe moyenne sans aucune couverture (échec du plan Obamacare qui visait à sa généralisation)." (Marianne)

La santé accessible à tous en France entend on encore dans des pays étrangers.
Du vent !
De l'hypocrisie !

Ce sont toujours les plus pauvres qui trinquent.

Non seulement ils se soignent peu par manque d'argent mais en plus on leur fait payer les fautes de l'assurance maladie !!!!!

Le Figaro titrait aujourd'hui : Près de 4 Français sur 10 renoncent encore à se soigner pour des raisons économiques

"7 % des Français ont renoncé à des soins pour des raisons économiques, au cours des deux dernières années. Un score inchangé depuis 2014. Selon le sondage réalisé par la Fnim, 49% des assurés gagnant moins de 20 K€ ont renoncé à se soigner pour des raisons financières, un chiffre qui tombe à 28% chez ceux gagnant plus de 40 K€." Figaro
La situation est grave et elle le sera encore plus si l'on observe le programme des candidats que la bourgeoisie a choisi pour les Présidentielles.

CONCLUSION

On entend un peu partout ... des mots injurieux à l'égard des pauvres comme "casos".
Subir la misère entraîne des difficultés financières très souvent. Les difficultés financières nous amènent à devoir subir huissiers ... Les capitalistes ont réussi à manipuler tellement la population que une partie de celle qui ne subit pas le chômage insulte l'autre.
Mais ces insultes existent parce que la classe dominante possède les médias et que ceux ci ne racontent pas la vérité sur ce que nous vivons.
Aucun média ne raconte l'histoire de Solène poursuivie par les huissiers parce qu'elle refuse de payer les dettes de l'Assurance Maladie, personne ne raconte les banques qui s’assoient sur la loi et prennent des sommes gigantesques aux personnes qui n'ont qu'un RSA pour vivre, personne ne raconte que les SDF français appellent tous les jours le 115 avec l'espoir vain d'avoir une place d’hébergement POUR RIEN POUR DORMIR UNE FOIS DE PLUS DEHORS !
C'est ça être pauvre en France ! C'est être humilié sans cesse.



 

lundi 21 novembre 2016

Primaire de la droite : les fillonistes ne représentent que 3,38% des Français. En humanocratie ils auraient 4 délégués nationaux révocables

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 21/11/16

Hier, Dimanche 20 novembre 2016, se sont tenues les élections de la primaire de la droite en France.
4 millions de français se sont mobilisés pour voter, c'est à dire pour choisir entre 6 candidats de droite et du centre, celui ou celle qu'ils souhaitaient voir devenir le candidat à l’élection présidentielle qui se déroulera le 23 avril et 7 mai 2017.
Depuis hier soir, on entend l'élite médiatique et politique se féliciter de "l’énorme participation des français à cette élection".

Il faut remettre les choses à leur place.

4 millions de Français sont allés glisser un bulletin dans l'urne. Nous sommes 66632870 à vivre en France (chiffre INSEE 2016).
Si l'on soustrait les mineurs (interdit de voter) il reste 53132870 adultes.
Par un calcul rapide, on remarque que seul 7,52 % des adultes vivant en France ont participé à cette élection.

La grande démocratie prend un sacré coup dans l'aile.

Ce sont 7,52 % des Français qui ont choisi qui sera le prochain pantin qui sera potentiellement Président de la France. C'est à dire celui qui aura le pouvoir de faire la guerre, de créer plus de chômage ou de permettre le plein emploi, d’arrêter de spolier les africains ou de continuer à soutenir tous les dictateurs pour que les patrons français fassent de gros bénéfices, d'aggraver la catastrophe climatique ou de la réduire, de permettre à chacun d'avoir un logement ou d'augmenter le nombre de SDF sur les trottoirs de France.

Aucun des candidats ne parle des SDF, des pauvres (on a l'impression que la pauvreté n'existe pas en France !), du couvercle carbone (ou de manière complétement hypocrite), de la Franceàfric, des SDF !
Tous s’inquiètent du sort des plus riches. Il faudrait supprimer l’impôt sur la fortune à ces pauvres bougres quand même !
Et  tant qu'on y est, il faut supprimer les taxes quand les parents riches veulent faire une donation à leurs progénitures, ça aussi c'est important !!!!

Quand 3,5 millions de personnes en France sont mal logés ou SDF en France
Quand 31000 enfants dorment dans les rues de France
Quand 100 enfants africains sont morts en 25 ans à cause de la politique de la France en Afrique


C'est certain les priorités sont de permettre aux riches qui regardent les SDF et les africains crever de faire encore des économies.

FILLON ANTI PAUVRE ANTI SDF ANTI AFRICAINS MINISTRE DU CRIMINEL CORROMPU SARKOZY VA PEUT ÊTRE DEVENIR LE PROCHAIN PRÉSIDENT EN FRANCE



Fillon est le grand vainqueur de cette élection

Les 4 millions qui ont voté hier l'ont probablement fait par défaut. Ils ont supprimé le repris de justice Juppé et le pire corrompu et criminel Sarkozy, mouillé dans un nombres d'affaires gigantesques mêlant Gangstéroisie et Bourgeoisie esclavagiste payant des salaires de misères aux africains (Bolloré).
Il restait Fillon. Ils ont élu Fillon à 44,2 % des suffrages.
1 800 000 Français ont voté hier pour François Fillon, ce qui représente seulement 3,38 % des Français !

Fillon qui n'a pas un mot pour les SDF, les miséreux mais il défend la suppression de l’impôt sur la fortune.
Fillon qui veut détruire les services publiques, supprimer la possibilité pour tous de se soigner (en développant les assurances privées au détriment de la sécurité sociale)
Fillon qui veut faire trimer encore plus le travailleur pendant qu'il permet aux plus riches de s'enrichir encore plus.
Fillon qui a été le Premier Ministre de Nicolas Sarkozy sans jamais ne rien dénoncer de sa corruption de ses magouilles et de ses crimes en Afrique !

Il est probable que ce soit le futur Président. Et pour 5 ans. Car la République bourgeoise n'a pas instauré la révocabilité !

EN HUMANOCRATIE LES FILLONISTES N'AURAIENT EU QUE 4 DÉLÉGUÉS NATIONAUX RÉVOCABLES UN CHIFFRE PROPORTIONNEL A LEUR RÉELLE REPRÉSENTATION DES FRANÇAIS


En humanocratie, les partisans de Fillon au nombre de 1 800 000 auraient eu 4 délégués nationaux révocables, 320 délégués députés, 2880 délégués de conseils et 72000 délégués de base.

Leur représentation aurait été proportionnelle à leur nombre. Ils auraient dû co-diriger le pays avec d'autres représentants d'autres délégués nationaux défendant d'autres idées.
Les décisions au niveau national n'auraient pas dépendues de 3,38 % des Français.

Parce que la magouille est là !
Aux Présidentielles, les gens votent, dans leur très grande majorité, par défaut.
Ecoeurés de la politique du PS, les Français vont voter pour les autres grands partis (parce que le système est ainsi fait que voter pour un petit parti n'est pas rentable). Et on a de grandes chances d'avoir un deuxième tour Le Pen - Fillon.



 N'ATTENDONS PAS LES ÉLECTIONS DES CAPITALISTES
METTONS EN PLACE L'HUMANOCRATIE

Il faut que nous arrêtions d'attendre les élections.
Il faut arrêter de les laisser nous écrabouiller sans cesse.
La stratégie de tous les partis politiques et de tous les syndicats en France est de calmer le peuple jusqu'aux prochaines élections.
C'est pourquoi FO et la CGT n'ont pas appelé à de nouvelles manifestations alors que nous étions des milliers dans les rues en septembre, c'est pourquoi ils combattent sans cesse la mise en place de délégués révocables....
Nous n'allons pas attendre la peur au ventre de nous faire manger tout cru aux prochaines élections présidentielles par Fillon ou Le Pen.
Mettons en place tout de suite l'humanocratie.
Choisissez vos délégués révocables. 1 pour 25

jeudi 10 novembre 2016

Opposition à injonction de payer : lettre au Tribunal d'Instance du Havre

Julie Amadis
XXX
XXX Le Havre



Tribunal d'Instance du Havre
3 rue du 129ème R.I
76600 Le Havre


Objet :
- Opposition à injonction de payer
ordonnance du 16/09/2016


Copie à Cour de Cassation
Le Havre
Le 10/11/2016


Madame, (ou Monsieur) le juge

Je forme opposition à l'injonction de payer qui m'a été délivrée le 13/10/2016 par l'huissier Me Aurélie Carre en vertu d'une ordonnance du 16/09/2016 certifié par le greffe du Tribunal d'Instance du Havre sous le numéro XXX à la requête de la société Brun & JCD (société qui m'est inconnue).

Je conteste devoir la somme qui m'est demandé et vous demande de me remettre les preuves, s'il y en a, qui amène le Tribunal d'Instance à rédiger une ordonnance d'injonction de payer de 1903,71 euros.

Selon l'article 455 du code de procédure civile « toute décision doit être motivée ». Maître Anthony Benn précise le sens juridique de motiver « Motiver, c'est fonder sa décision en fait et en droit ». Il ajoute  : « Par voie de conséquence, les juges ne doivent pas statuer par des considérations générales, ni se déterminer sur la seule allégation d'une partie ou sur des pièces qu'il n'analyse pas. »

Or rien dans cette ordonnance n'est motivé.

Une société, la société Brun & JCD, dont la fonction n'est pas inscrite mais dont on trouve la fonction en faisant une recherche Google « courtier en assurance » me réclame 1803,71 euros au titre de « loyers impayés » (auquel le tribunal ajoute 100 euros de frais de procédure ce qui amène à un montant de 1903,71 euros).
Nous n'en savons pas plus.
Pas de date correspondante aux « loyers impayés » ! Pas d'adresse non plus ! Les loyers impayés correspondraient à quel logement ?


Comment est- il possible qu'une société « courtier en assurance » puisse me réclamer des « loyers impayés » alors qu'ils n'apparaissent jamais dans aucun de mes contrats de bail ?

Cette société Brun & JCD me réclame une somme trois fois et demie plus importante que le RSA (Revenu de Solidarité Active) que je perçois mensuellement  !

Le mandataire de cette société Brun & JCD, la société de recouvrement « filaction » ne cesse de me harceler depuis deux ans avec des lettres de menace sans respecter les règles de droit auxquels elle est soumise à savoir les coordonnées du créancier et le fondement de la somme réclamée qui ne sont pas indiqués dans les lettres.


Après les faux en écritures publiques recelés mais aussi fabriqués par la Cour d'Appel de Bordeaux inventant que j'avais co-écrit un article anti Franceàfric et me condamnant à 31000 euros.
Après les recels de faux en écritures publiques du tribunal de Grande Instance du Havre et de la Cour d'Appel de Rouen, après le procès en diffamation du prof agresseur d'enfants Léon Launay de l'école Valmy au Havre (faux témoin ayant inventé avoir eu des témoignages de distributions de tracts auxquelles j'aurais participé en un lieu – marché d'Harfleur – où je n'ai jamais mis les pieds de ma vie) et de ses soutiens – procès scandaleux qui s'est déroulé après que le procureur Nachbar ait inventé de fausses dates de publication de l'article afin de pouvoir me poursuivre avec mes soutiens (la mère d'élève Séverine Breton et le militant anti violences à enfants et anti franceàfric Yanick Toutain)..... , plus rien de m'étonne de la part de cette pseudo justice du Havre, de Rouen, de Bordeaux, d'Angoulême et même de la Cour de Cassation (qui regarde passer tranquillement les faux en écritures publiques sans aucune réaction.... légale) tous tribunaux ayant fait recel des mensonges du barbouze terroriste Jean-Marie Bourry au service de l'impérialisme Franceàfric et des agresseurs d'enfants dans les écoles... je constate, avec tristesse et amusement que même une simple ordonnance d'injonction de payer peut elle-aussi être rédigée au mépris des règles élémentaires du droit.
A moins évidemment que celle-ci ne participe elle aussi au complot de Jean-Marie Bourry, de la DGSE et du lobby pro-violences à enfants du département – dernier lobby grâce auquel ma révocation de l'Education Nationale –pour atteinte à la République française - me privant de tout salaire m'incite à regarder de près vos rédactions.

En vous remerciant de prendre en considération ma requête et en attendant de recevoir les documents prouvant cette dette, veuillez recevoir Madame, Monsieur, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Julie Amadis


PS : Subissant depuis maintenant 5 ans un harcèlement politico judiciaire en raison de mes combats pour un Afrique libre sans l'impérialisme français et contre les violences à enfants dans les écoles, toutes mes lettres et tous les documents que je reçois sont publiques et par conséquent mis en ligne.




vendredi 4 novembre 2016

Bravo aux parents de l'école Paul-Valéry à Neuilly-sur-Marne qui ont enquêté sur les violences à enfants de deux institutrices

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
Le 04/11/2016










Bravo à ces parents qui ont enquêté sur les violences exercées par la directrice et une institutrice de l'école Paul Valéry à Neuilly sur Marne. Ces femmes ont réussi à ce que des enseignants violents soient suspendus !!!!! Ce qui est extrêmement RARE !!!!!
Je suis une Professeur des écoles ayant été témoin de violences à enfants. Je me suis battue pour protéger les enfants et j'ai été exclue 2 ans en juillet 2014 puis révoquée de l’Éducation Nationale en juillet 2016.

Julie Amadis exclue sans traitement pendant 2 ans ! OMERTA76 L'inspecteur d'académie Philippe Carrière punit la témoin des violences de 2008

Hollande révoque une prof pour déclarations anti-violence à enfants et anti-franceàfric


OMERTA DANS L'ÉDUCATION NATIONALE
JAMAIS D'ENQUÊTE SUR LES MALTRAITANCES COMMISES PAR DES PROFESSEURS

Comme à l'école de Feytiat dans laquelle la directrice Delphine Adam maltraitait ses élèves de 3 ans, comme à l'école Valmy au Havre dans laquelle un instituteur Léon Launay maltraitait ses élèves de 8, 9 ans, les parents de l'école Paul Valéry à Neuilly sur Marne ont dû mener l'enquête eux mêmes pour prouver les violences commises par la directrice de l'école !!!!!
Les enquêtes sur les professeurs violents à l'égard de leurs élèves n'existent jamais.
Tous les parents dont l'enfant a été victime d'un professeur le savent bien.
Et même le personnel de l’Éducation Nationale témoin direct de violence d'un collègue n'est pas écouté. Pire il est traité de "menteur", subit harcèlement de la part de l'administration et opération de discrédit menée par l'ensemble de la communauté éducative.
Je l'ai vécu. En 2008, j'ai été témoin d'une fessée violente commise par une ATSEM sur un petit de 3 ans, Kevin. J'étais alors assistante pédagogique.
La directrice de l'école à qui j'en avais parlé m'avait avoué "en faire autant sur le petit Luciano, 4 ans".
J'avais alors utilisé toutes les voies légales pour dénoncer cela (assistante sociale, Proviseur du collège (ma chef), Inspecteur de circonscription, Inspecteur d'académie, Recteur).
Je n'avais pas imaginé à l'époque que "témoigner de violence à enfant" aller m'amener à devenir victime d'un harcèlement moral extrêmement puissant puis d'un licenciement.
Et encore moins que l’État utiliserait mon combat contre les violences à enfants pour tenter de me faire taire concernant les crimes Franceàfric que je dénonce.
Six ans après mon témoignage de violences à enfants à l'école Varlin j'ai été nommée dans une école où un enseignant maltraite ses élèves depuis au moins 1993 (témoignage d'un ancien élève) et mon inspecteur n'était autre que Patrick Deplanque, celui qui m'avait virée 6 ans plus tôt pour protéger la directrice de l'école maternelle Varlin coupable de violence sur Luciano.

violence contre les enfants :Chronologie des faits


L'enquête des parents de l'école Paul Valéry leur a permis de recueillir un certain nombre de témoignages de faits de violence de la directrice sur les enfants.
"Ces violences ont été mises au jour grâce à l'incroyable enquête menée par deux mères de famille. Des témoignages les font remonter à 2014." Le Parisien
Les faits sont là. La maîtresse frappe les petits de 3 ans, a attaché un d'entre eux à un appareil de motricité après lui avoir mis du scotch sur la bouche...
"Deux jours avant les vacances de la Toussaint, Myriam récupère sa fille de 3 ans en pleurs. « Elle s'était fait pipi dessus. Elle m'a dit qu'elle avait été frappée par sa maîtresse, raconte Myriam, encore sous le coup de la colère. Le lendemain, je suis allée voir la directrice. Elle a nié. Mais en croisant les aides-éducatrices et en leur posant la même question, j'ai vu leur visage se décomposer et, là, j'ai compris. » Sans preuve, elle ne peut rien faire. Alors elle s'improvise enquêtrice. Elle va à la rencontre de parents dont les enfants ont eu les deux agresseuses présumées comme enseignantes. Elle croise le chemin de Sara, dont le fils était dans cette école cinq ans plus tôt. « Entre 2011 et 2013, le comportement de mon fils a changé, souligne-t-elle. Il s'est mis à bégayer. » Le pire survient en 2014. « Un jour mon fils a été bâillonné avec du ruban adhésif puis attaché à un appareil de motricité, poursuit-elle. Quand j'ai demandé des explications à la directrice, elle a justifié son geste en disant qu'il tirait souvent la langue. Quant au fait de l'attacher à un appareil, elle m'a dit : Il se comporte comme un animal, je le traite comme un animal. » Le Parisien

L'EDUCATION NATIONALE ETAIT ALERTE DEPUIS 2 ANS DE MALTRAITANCE DE CETTE DIRECTRICE ET ELLE N'A RIEN FAIT POUR PROTEGER LES ENFANTS


Il y fort probable que cette maltraitance de la directrice de l'école St Valéry dure depuis très longtemps. Déjà on apprend que le fils d'une des mères qui a osé briser l'omerta a été victime de cette enseignante entre 2011 et 2013. Cette mère, Sara, a alerté l'inspection en 2014 !!!!
Pendant 2 ans l’Éducation Nationale n'a fait AUCUNE ENQUÊTE alors que nous avons la preuve qu'au moins un parent l'avait alerté de faits graves de maltraitance !

Sara affirme avoir parlé, à l'époque, de cette situation à l'inspecteur de circonscription. Depuis ce traumatisme, son fils est suivi par un psychologue.
Révoquée de l'Education nationale en
juillet 2016 après avoir combattu les
violences à enfants de collègues
Face à l'omerta de toute l'Education Nationale, les parents souvent se taisent.
Ils savent par habitude, pour l'avoir entendu dire .... que se plaindre au Directeur de l'école et à l'Inspection académique n'aboutira à rien... A part être stigmatisé par toute l'équipe enseignante ....
Mais quand un parent plus courageux que les autres persévèrent dans son combat que les autres finissent par oser parler, oser se dire que la peur de leur enfant envers l'école.... a une explication..... la maltraitance subie à cause d' un enseignant.
Car il est fréquent que les enfants - surtout les plus petits - ne racontent pas les maltraitances...
La manipulation des enseignants agresseurs sur les enfants est très forte. Et les enfants sont souvent paralysés par cela.

Lors de son enquête, Myriam, aidée de Sara, rencontre Nadia. « Un jour d'avril 2015, mon fils s'est plaint de ses oreilles, détaille-t-elle. En y regardant de plus près, j'ai vu un léger décollement. Je suis allée à l'hôpital et les médecins m'ont dit que cela provenait d'un tirage répété et prononcé de l'oreille. » Ces parents regrettent de ne pas avoir agi plus tôt. Mais beaucoup ne savaient pas comment gérer la situation. « Je pensais que mon fils faisait des crises à cause de l'arrivée de sa petite sœur », regrette-t-elle." Le Parisien

LA DÉLÉGUÉE DE PARENTS SÉVERINE BRETON AVAIT, ELLE AUSSI, ENQUÊTÉ SUR LES VIOLENCES DE LÉON LAUNAY
QUI DURENT DEPUIS 20 ANS



Séverine Breton, la déléguée parents de l'école Valmy avait elle aussi fait son enquête sur les violences exercées par Léon Launay à l'école Valmy après d'un petit enfant de sa classe soit venu la voir alors qu'elle distribuait des tracts de soutien suite à ma suspension sans motif. L'élève avait dit à cette mère d'élève "mon maître me tape".

"mon maitre me tape"


Elle avait alors recueilli des témoignages d'enfants, de parents et d'anciens élèves de cet instituteur agresseur. C'est comme ça que nous avons appris que cet instituteur Léon Launay maltraitait ses élèves dans la même école Valmy depuis 1993 !

Le témoignage écrit de ce commerçant témoin il y a 20 ans de violences de Léon Launay sur des élèves :

"Le 9/5/2014
Je soussigné LE TÉMOIN ayant été élevé à Valmy dans les années 93 avoir vu Mr Launay professeur à Valmy 2 avoir donné des coups de pied à certains élèves et des claques au cul
Cordialement
SIGNATURE DU TEMOIN"



Les violences de cet enseignant sont un secret de polichinelle au Havre. Dès que je rencontre par hasard des havrais et que je commence à raconter que j'ai dénoncé des violences à enfants, les gens qui ne connaissent pas mon histoire, et qui ont de la famille ou ont été eux même ancien élève dans cette école, demande si l'école en question ne serait pas l'école Valmy et l'enseignant Mr Launay.

Récemment encore, je rencontrais des gens devant la bibliothèque municipale avec qui je parlais de choses et d'autres. Au bout d'un moment, vient le sujet sur ma révocation et sur les violences à enfants... Les deux femmes âgées d'une trentaine d'année à qui je parlais connaissaient cet enseignant. Pour l'une d'entre elles, Mr Launay était le maître de son frère, pour l'autre de son beau frère. "Ah oui, ils tapaient, tout le temps, fort même. Mais on savait pas que ça continuait encore maintenant" dit l'une d'elles. Elles s'étonnaient presque que leur famille aie accepté cette situation, que les gens du quartier aussi et que les générations suivantes aient subi encore sans rien dire.
L'une d'elle dit : "nous on pensait pas que ça continuait encore maintenant"
Même si la pression a été très forte sur les témoins, sur les parents qui voulaient dénoncer, des personnes ont quand même témoigné des violences.
Par exemple, cette personne qui a travaillé dans l'école pendant toute l'année 2013, 2014 et qui atteste avoir vu "à plusieurs reprises Mr Launay mettre une claque à ses élèves". Elle ajoute "j'atteste n'être pas la seule personne à avoir constaté ces faits". Cette personne a subi des pressions de sa hiérarchie. C'est pour cette raison que son témoignage n'avait pas encore été publié.

Son témoignage écrit, j'en mets ici l'attestation manuscrite (en ayant pris soin de supprimer les informations personnelles permettant de l'identifier :


"J'atteste avoir vu à plusieurs reprises Mr Launay mettre une claque à ses élèves même
si ce n'était pas fort violent mais le geste était là tout en lui disant ("tu m’énerves") et j'atteste n'être pas la seule personne à avoir constaté ces faits"



CONCLUSION

Bravo et merci à ces parents de l'école Paul Valéry.
Comme les violences à enfants qu'ils ont dénoncé ont été médiatisées, d'autres parents dont les enfants sont victimes de professeurs agresseurs vont enfin oser, eux aussi, dénoncer l' inacceptable. Aussi, des enfants entendant parler de cette affaire, vont prendre la parole pour dire ce qu'ils vivent au quotidien ou ont vécu sans jamais oser parler auparavant.

Mais il ne faut pas oublier que nous ne sommes qu'au début d'un long combat pour que plus jamais des enfants ne puissent être agressés dans une école.
J'en suis la preuve. J'ai été révoquée il y a 3 mois pour avoir combattu les violences à enfants exercées par des collègues. Je suis interdite de travailler dans toute la fonction publique et je ne vis qu'avec un RSA.